Cet article date de plus de quatre ans.

L'Afrique du Sud entre en récession, mettant en danger le président Zuma

La croissance de l'Afrique du Sud, économie la plus industrialisée du continent, a reculé de 0,7% au premier trimestre 2017, selon les statistiques officielles publiées le 6 juin. Un deuxième trimestre consécutif dans le rouge qui plonge le pays dans la récession pour la première fois depuis 2009. ​L'économie sud-africaine avait déjà reculé de 0,3% au quatrième trimestre 2016.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation de mineurs en Afrique du Sud en 2015. (GIANLUIGI GUERCIA / AFP)

Ces chiffres confirment la difficulté du pays à relancer son économie fortement touchée par la crise de 2008 (en 2008-2009, le pays avait connu trois trimestres consécutifs de récession). «Contrairement à la plupart des autres pays émergents, la croissance n’a que modestement rebondi en 2010 et 2011 (respectivement 3% et 3,2%). Depuis, l’activité ne cesse de fléchir du fait de la faiblesse de la demande externe et du cours des matières premières, de la mauvaise performance de l’industrie minière (grèves répétées, recul de la compétitivité), d’un approvisionnement difficile en électricité et d’une consommation intérieure atone liée notamment aux difficultés des ménages (endettés à hauteur de 77,8% du revenu disponible)», notent les analystes de l'ambassade de France.


La récession pourrait peser sur la situation globale du pays. La faible croissance empêche toute diminution du chômage et pourrait peser sur les finances publiques et la gestion de la dette. La dégradation de la note du pays, qui selon certaines agences est passée à «spéculative», a entraîné un fort recul du rand, la monnaie nationale, et peut décourager les investissements étrangers. Par ailleurs, la remontée des taux a pesé sur la demande intérieure. 

Le sort de Jacob Zuma pourrait en dépendre
Les chiffres du PIB sud-africain en ce début 2017 montre cependant des situations disparates. Si les secteurs miniers (+12,8%) et agricoles (+22,2%) sont dans le vert, en forte reprise après une difficile année 2016 (l'agriculture avait été victime d'une forte sécheresse), la production éléctrique est en recul tout comme les secteurs manufacturier et tertiaire.

Ces mauvaises nouvelles économiques surviennent deux mois seulement après le limogeage controversé du respecté ministre des Finances Pravin Gordhan. Dans un remaniement d'ampleur, le président Jacob Zuma l'avait brutalement remplacé fin mars par Malusi Gigaba, entraînant une dégradation du pays. La situation économique pourrait peser sur le sort du président Zuma, objet d'une contestation croissante.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afrique du Sud

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.