Afrique du Sud : Air liquide achète au groupe Sasol "la plus grande usine de fabrication d’oxygène au monde"

Le géant français de la chimie a pour objectif de moderniser les seize unités de production d'oxygène de l'usine de Secunda, à l'est de Johannesbug.

Le géant français Air Liquide exploitera les seize unités de l\'entreprise sud-africaine Sasol, correspondant à une capacité de production d\'oxygène de 42 000 tonnes par jour. Photo prise à Secunda, à l\'est de Johannesburg.
Le géant français Air Liquide exploitera les seize unités de l'entreprise sud-africaine Sasol, correspondant à une capacité de production d'oxygène de 42 000 tonnes par jour. Photo prise à Secunda, à l'est de Johannesburg. (Copyright Air liquide)

Le groupe français Air Liquide a signé le 29 juillet 2020 un accord avec le groupe sud-africain Sasol pour l'achat de seize unités de fabrication d'oxygène d'une capacité de production de 42 000 tonnes par jour. L'investissement initial pour s'emparer de l'ensemble du site de production de Secunda, près de Johannesburg, s'élèverait à 8,5 milliards de rands sud-africains, soit environ 440 millions d'euros.

En mai 2020, Sasol avait été mis sur liste noire par le puissant fonds souverain de la Norvège – qui veut se dégager des énergies fossiles , en raison de sa présence importante dans le charbon. Le PDG de Sasol, Fleetwood Grobler, assure que le groupe est dans une "démarche de transformation" pour le "rendre plus résilient et plus durable", notamment via "un programme de cessions d'actifs".

Moderniser les installations

Air Liquide vise la réduction des émissions de CO2 du site "de 30 à 40% d'ici 2030", grâce à des investissements supplémentaires et par l'approvisionnement de l'usine en électricité renouvelable. Le groupe est présent en Afrique du Sud depuis la construction de la première unité en 1979 pour le géant de l'énergie et de la chimie Sasol, et a participé à la fabrication de dix-sept unités "de séparation de gaz de l'air".

Pour la dernière en date, mise en service en février 2018, Air Liquide avait investi en nom propre 200 millions d'euros pour construire et exploiter une unité, d'une capacité totale de 5 000 tonnes d'oxygène par jour, alors que les plus grandes unités opérées jusqu'alors par Air Liquide se limitaient à 3 000 tonnes.

"L'acquisition et l'exploitation de toutes les unités de production d'oxygène du site de Sasol constituent une étape clef dans la relation de long terme que nous avons avec Sasol depuis 40 ans", a affirmé Benoît Potier, PDG d'Air Liquide.