VIDEO. Un soldat américain retenu pendant cinq ans par les talibans afghans libéré

Il avait été capturé par les talibans en juin 2009.

PAULINE JACLIN - FRANCE 2

Il avait été capturé par les talibans en juin 2009, il est maintenant libre. Un soldat américain capturé en Afghanistan a été libéré samedi 31 mai

Le sergent Bowe Bergdahl était le dernier prisonnier de guerre américain retenu en Afghanistan. En échange de sa libération, cinq talibans détenus sur la base américaine de Guantanamo, à Cuba, ont été transferrés au Qatar. C'est le résultat de plusieurs années de tractations indirectes, relancées en novembre dernier, dans lesquelles le Qatar a servi de médiateur.

Sanglots

Bowe Bergdahl, apparemment en bonne santé, a été relâché dans l'est de l'Afghanistan et remis aux forces spéciales de l'US Army en présence de dix-huit taliban. Un responsable du Pentagone a déclaré qu'une fois dans l'hélicoptère, Bergdahl a écrit sur une assiette en carton "SF?", l'abréviation pour les forces spéciales. Ses sauveteurs lui ont répondu: "Oui, et ça fait longtemps qu'on te cherchait!". A ce moment, le sergent a éclaté en sanglots.

Après avoir subi des examens médicaux sur la base américaine de Bagram, en Afghanistan, il devait rejoindre un hôpital américain situé en Allemagne. Il pourrait ensuite être transféré dans un centre médicale de l'armée à San Antonio, au Texas. Parralèlement, samedi en fin d'après-midi à Washington, un responsable du Pentagone a annoncé que les cinq taliban avaient quitté Guantanamo à bord d'un appareil de l'armée américaine à destination du Qatar.

Un rétablissement difficile

Le père du soldat, Bob Bergdahl, a déclaré que son fils "avait des difficultés à s'exprimer en anglais". "Nous ne pourrons jamais appréhender totalement la nature complexe de son rétablissement", a-t-il ajouté. Son rétablissement après près de cinq années de captivité s'annonce difficile. Selon un responsable du Pentagone, Bowe Bergdahl entamera en Allemagne un "processus de réadaptation". "Cela comprend du temps pour lui permettre de raconter son histoire, décompresser, de reprendre contact avec sa famille lors de conversations téléphoniques et de visioconférences", a-t-il ajouté.

Le sergent Bowe Bergdahl sur une photo non datée.
Le sergent Bowe Bergdahl sur une photo non datée. (AP / SIPA)