Cet article date de plus de quatre ans.

Afghanistan : un attentat des talibans à Kaboul fait au moins 28 morts

L'attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan dans le centre de la capitale.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les secours fouillant les décombres du batiments visé par les talibans, à Kaboul, le 19 avril 2016.  (SHAH MARAI / AFP)

Un véhicule piégé par les talibans et une fusillade ont frappé le centre de Kaboul, la capitale de l'Afghanistan, mardi 19 avril, faisant au moins 28 morts et 327 blessés. Il s'agit de la première attaque des insurgés dans la capitale afghane depuis le début de leur "offensive de printemps""L'explosion était énorme. Comme il y avait beaucoup de gens dans les rues, il doit y avoir de nombreuses victimes", a expliqué un témoin.

L'attaque, qui visait un bâtiment officiel, s'est produite en pleine heure de pointe matinale. Des journalistes de l'AFP sur place ont senti les maisons vibrer, des vitres ont volé en éclats, une colonne de fumée s'élevait dans le ciel et des sirènes de police et d'ambulances retentissaient dans toute la ville. Selon Mohammed Ismaïl Kawoosi, le porte-parole du ministère de la Santé, de nombreuses victimes, des civils, se trouvent "dans un état grave".

Echanges de tirs nourris

L'attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan dans le centre de la capitale. La première explosion, entendue à des kilomètres à la ronde, a été perpétrée au moyen d'une "voiture piégée conduite par un kamikaze", selon Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur. 

Puis "des combattants sont entrés à l'intérieur du complexe", selon Zabiullah Moudjahid, porte-parole habituel des talibans, une affirmation que les services de sécurité n'étaient pas en mesure de confirmer. Cependant des journalistes présents sur place ont entendu des échanges de tirs nourris à proximité du bâtiment. De même source, le complexe serait aujourd'hui utilisé par la présidence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.