Présidentielle en Afghanistan : des explosions frappent plusieurs villes à l'ouverture des bureaux de vote

A Kandahar, au moins trois personnes ont été blessées dans l'explosion à l'intérieur d'un bureau de vote, selon un porte-parole du gouverneur de la province. 

Un policier afghan surveille un point de contrôle, le 28 septembre 2019, à Kaboul.
Un policier afghan surveille un point de contrôle, le 28 septembre 2019, à Kaboul. (OMAR SOBHANI / REUTERS)

La présidentielle s'ouvre dans le sang en Afghanistan. Des explosions se sont produites, samedi 28 septembre, dans les villes de Kaboul, Ghazni, Jalalabad et Kandahar, une heure après l'ouverture des bureaux de vote. A Kandahar, dans le sud du pays, au moins trois personnes ont été blessées dans l'explosion à l'intérieur d'un bureau de vote, selon un porte-parole du gouverneur de la province. Un médecin de l'hôpital Mirwais a, pour sa part, affirmé que "quinze personnes, toutes des hommes, ont été blessées et amenées à l'hôpital".

Les talibans ont revendiqué les attaques à Ghazni et à Kaboul, ainsi que dans plusieurs autres régions où les explosions revendiquées n'ont pas été immédiatement confirmées par les autorités. Les talibans avaient multiplié les avertissements aux quelque 9,6 millions d'électeurs pour les dissuader de participer au scrutin. Ils ont expliqué, jeudi, que leurs moudjahidines viseraient "les bureaux et les centres (de vote) accueillant ce spectacle".

Pourparlers au point mort

La commission électorale a annoncé à la mi-journée n'avoir aucun contact avec 901 des 4 942 bureaux de vote ouverts dans le pays. "Nous avons envoyé du matériel aux 4 942 bureaux, mais, à notre connaissance, seuls 4 041 sont ouverts", a dit Hawa Alam Nuristani, qui dirige la commission électorale.

L'élection se tient alors que les pourparlers entre Américains et talibans sont au point mort, rendant toujours aussi lointaine la perspective d'un dialogue inter-afghan (entre gouvernement et insurgés) pour arriver à la paix.