Cet article date de plus de sept ans.

Les combats en Afghanistan font des victimes civiles

Le 6 avril 2013, journée la plus meurtrière pour la coalition internationale en près de huit mois, marque le retour de combats intensifs en Afghanistan, après la brève accalmie de l’hiver.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des corps d’enfants morts suite à une attaque aérienne de l'Otan dans le village d’Asa Abad, capitale de Kounar, province située à l'est du pays, le 7 avril 2013. (AFP PHOTO / STR)
Y participent les talibans (chassés du pouvoir par la coalition de l'Otan à la fin 2001), les troupes étrangères et les forces gouvernementales.
 
Mais s’ils sont meurtriers pour les soldats et les talibans, ils le sont aussi pour les civils. Onze enfants afghans et une femme ont péri le 6 avril dans le district de Shigal à la frontière du Pakistan, l'un des bastions talibans, à la suite d’un bombardement de l'Isaf, la force de l'Otan en Afghanistan.
 
Ce bombardement répondait à des tirs provenant d’un groupe de maisons où un civil et plusieurs militaires américains ont été tués. Sous couvert d'anonymat, un membre de la sécurité afghane indique : «Nous ne savions pas qu'il y avait des femmes et des enfants dans la maison. Les talibans les ont utilisés comme des boucliers.»
 
Depuis plusieurs années, le président afghan Hamid Karzaï condamne ces actions. Il réclame la fin des attaques aériennes sur des zones où vivent des familles. Il dénonce dans le même temps l'utilisation de civils comme boucliers humains.
 
Il avait interdit à ses forces armées de solliciter l'appui aérien de l'Otan, alors que des femmes et des enfants avaient trouvé la mort dans cette même région en février 2013.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.