Cet article date de plus de six ans.

L'Afghanistan libère 65 prisonniers jugés dangereux par les Etats-Unis

Les autorités américaines avaient fait part de leur "inquiétude légitime" face à la libération de ces détenus, qu'elles considèrent comme des "personnes dangereuses".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue extérieure de la prison de Bagram (Afghanistan), au nord de la capitale Kaboul, le 25 mars 2012. (MASSOUD HOSSAINI / AFP)

Les protestations des autorités américaines n'y ont rien fait. L'Afghanistan a libéré, jeudi 13 février, 65 combattants talibans présumés écroués dans la prison controversée de Bagram, malgré les réticences des Etats-Unis qui voient en eux une menace pour la sécurité du pays.

Kaboul avait initialement annoncé, début janvier, la libération de 72 détenus, avant de "réétudier" les dossiers face aux plaintes des autorités américaines. Selon les Etats-Unis, ces prisonniers sont des "personnes dangereuses" directement liées à des attaques meurtrières contre des soldats de l'Otan et des membres des forces nationales afghanes.

La libération de ces 65 prisonniers est un "pas en arrière pour l'état de droit en Afghanistan" et "une source d'inquiétude légitime" pour les forces de sécurité afghanes et internationales confrontées à l'insurrection talibane, ont réagi cette semaine les forces américaines. Les Etats-Unis ont transmis à l'Afghanistan, en mars 2013, le contrôle de l'essentiel de la prison de Bagram, baptisée le "Guantanamo d'Orient".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.