"Kabullywood" : de la joie au milieu des ruines de Kaboul

Quand la fiction et la réalité se rejoignent. "Kabullywood" raconte l'histoire d'un groupe d'étudiants qui décide d'ouvrir une salle de spectacle dans la capitale afghane ravagée par la guerre. Certains acteurs jouent leur propre rôle.

France 3

Les talibans ont beau avoir quitté le pouvoir en Afghanistan, le quotidien des Afghans reste difficile. Les artistes n'ont pas vraiment leur place. Un jour à Kaboul, quatre étudiants passionnés d'art et de culture ont une idée très audacieuse : "monter une salle de concert". Ils partent à la recherche d'un lieu. Une quête démarre à travers une capitale en ruine.

Menaces de mort

Au milieu des bâtiments fantômes, ils trouvent un cinéma abandonné, point de départ du film Kabullywood, en salles à partir du mercredi  6 février, porté à bout de bras par le réalisateur français Louis Meunier. Les quatre jeunes retroussent leurs manches pour rendre le lieu acceptable. Mais l'équipe de Kabullywood va vraiment rénover ce vieux cinéma. Le projectionniste joue son propre rôle. Les comédiens sont des Afghans exilés en France depuis plus de dix ans et travaillant au Théâtre du Soleil à Paris. Durant le tournage, il y a eu des menaces de mort, des bureaux vandalisés. Mais le film a vu le jour et les comédiens rêvent maintenant qu'il soit projeté un jour en Afghanistan.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une image du film \"Kabullywood\"
Une image du film "Kabullywood" (France 3)