Evacuations en Afghanistan : pour certains, "c'est la troisième fois" qu'ils fuient leur pays, témoignent des réfugiés au Qatar

Le Qatar accueille plusieurs centaines de réfugiés afghans qui ont pu quitter leur pays.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
À Doha, le 25 août, de jeunes réfugiés afghans jouent au foot dans un lotissement construit pour la Coupe du monde 2022. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

À peine sorti de terre, ce lotissement construit à Doha (Qatar) pour accueillir le personnel des équipes de football de la Coupe du monde 2022 est aujourd'hui le terrain de jeu d'enfants afghans. Depuis la confirmation de la date butoir du 31 août pour la sécurisation de l'aéroport de Kaboul par les Américains, c'est la course contre la montre pour les Afghans qui souhaitent fuir. Plusieurs pays annoncent ces derniers jours accueillir des réfugiés qui parviennent à quitter l'Afghanistan, désormais contrôlé par les talibans.

>> Suivez les dernières informations sur l'Afghanistan dans notre direct

À Doha, des dizaines de familles ont été relogées provisoirement dans ce lotissement, comme la famille de cet avocat qui a quitté Kaboul le 17 août. L'exercice de son métier est incompatible avec le régime des talibans, assure-t-il, lui qui a défendu des chefs d'entreprise étrangers. "Ils ont dit qu'ils allaient être différents de tout ce qu'ils étaient dans les années 90 et qu'ils allaient amnistier tout le monde, enrage-t-il. Mais moi, je n'ai commis aucun crime ! Je n'ai pas besoin d'amnistie."

Cet avocat n'entrevoit aucun changement chez les talibans. "Durant ces dix derniers jours, vous avez bien vu qu'ils sont incapables de former un gouvernement, déplore-t-il. Ils ne sont pas en mesure de diriger un gouvernement parce qu'ils n'ont pas les bonnes personnes pour faire le boulot."

Quitter son pays, une nouvelle fois

Après leur fuite précipitée et l'installation au Qatar, la fatigue est là, surtout chez son papa, un vieux monsieur de 79 ans. Quarante années que nous souffrons, se lamente-t-il. "La première fois que j'ai quitté mon pays, c'est quand les Soviétiques ont envahi l'Afghanistan, se souvient-il. Nous avons dû aller au Pakistan en laissant tout derrière nous. La deuxième fois, c'est quand les talibans sont arrivés et ensuite, il y a eu la guerre. Là, c'est la troisième fois." Toute la famille a entrepris des démarches pour partir au Canada.

Le Qatar accueille plusieurs centaines de réfugiés afghans sur son sol - Reportage de Valérie Crova
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.