Étudiante, maman et afghane, sa photo fait le tour du monde

Les images de Jahantab Ahmadi passant un examen d’entrée à l’université avec son nourrisson sur les genoux ont suscité une forte émotion en Afghanistan, où le taux d’alphabétisation des femmes reste très bas.

BRUT

À 25 ans, Jahantab Ahmadi, est mère de trois enfants. Après avoir passé le baccalauréat en 2013, elle s’est mariée et n’a pas pu continuer ses études. Aujourd’hui, encouragée par ses proches, elle souhaite "obtenir une éducation" et devenir médecin. En Afghanistan, où le taux d’alphabétisation est de seulement 32%, un des plus faibles au monde, seules 18% des femmes afghanes adultes savent lire et écrire.

"Je voulais obtenir une éducation."

Jahantab vient d’un petit village du Deykandi, une province montagneuse du centre de l’Afghanistan, vivant de la culture de la culture du blé, du maïs et des pommes de terre. Pour se présenter à l’examen d’entrée de l’université Naser Khosrow, elle a dû marcher deux heures dans les montagnes puis faire plusieurs heures de bus avant d’atteindre la capitale provinciale Nili.

Elle a emmené avec elle sa fille Khizran, qui à deux mois est trop petite pour être séparée de sa mère. Avant de partir, elle s’inquiète : "Je me demandais s’ils allaient me laisser rentrer." Pendant l’examen, le nourrisson souffre de l’oreille et pleure beaucoup. L’étudiante s’assied alors sur le sol pour le conforter et lui donner le sein, tout en continuant de répondre aux questions.

Une vague de solidarité

C’est un professeur de l’université qui la prend en photo, à son insu. Les images font le tour du monde et un élan se solidarité se créé. L’Association de la Jeunesse Afghane lance une campagne de financement et récolte 13 000 euros en huit jours, afin de lui permettre d’étudier dans de bonnes conditions.

Parmi les soutiens de Jahantab, Zahra Yogana, militante pour droits des femmes en Afghanistan, l’encourage à venir étudier à Kaboul, la capitale afghane. Si l’étudiante a été accepté à l’université de Nili, celle-ci reste difficile d’accès. Elle préférerait partir étudier à Kaboul, où ses amis cherchent un travail pour son mari et des fonds pour scolariser ses enfants.

Étudiante, maman et afghane, sa photo fait le tour du monde
Étudiante, maman et afghane, sa photo fait le tour du monde (BRUT)