Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Défiant les talibans, les Afghans ont voté en nombre pour tourner la page Karzaï

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Stéphanie Perez / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

De Kaboul à Kandahar, les Afghans ont voté en nombre et sans incident majeur, malgré les menaces d'attaques des rebelles talibans.

De Kaboul à Kandahar, les Afghans ont voté samedi 5 avril en nombre et sans incident majeur, malgré les menaces d'attaques des rebelles talibans, pour désigner le successeur du président Hamid Karzaï à quelques mois du retrait de l'Otan.

Quelque sept millions d'Afghans sur les douze millions qui étaient appelés à voter se sont rendus aux urnes a indiqué le chef de la commission électorale présentant des résultats préliminaires de la participation qui s'établit à 58%. Cette toute première passation de pouvoir d'un président afghan démocratiquement élu à un autre est considérée comme un test majeur pour un pays appelé à prouver sa stabilité une fois que les forces de la coalition l'auront quitté en fin d'année.

Un scrutin sans déchaînement de violences

L'élection semblait en fin d'après-midi avoir été épargnée par le déchaînement de violences promis par les insurgés talibans, même si plusieurs incidents ont été recensés, dont l'explosion d'une bombe artisanale qui a tué une personne dans un bureau de vote du Logar (centre), et des tirs de roquettes ayant fait quatre blessés dans le nord, selon les autorités.

Huit candidats sont en lice après une campagne électorale presque à l'américaine, avec meetings, déplacements en province et forte médiatisation. Trois menaces pèsent sur ce scrutin indécis : les attaques des talibans, qui ont multiplié les attaques ces derniers mois et ont juré de tout faire pour le "perturber", ainsi que les fraudes et l'abstention qui avaient été très importantes lors de la précédente présidentielle, en 2009.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Election présidentielle en Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.