Fin de la guerre en Afghanistan : Joe Biden salue "l'extraordinaire succès" de la mission d'évacuation américaine

"Il n'y a pas de pont aérien comparable dans l'Histoire", a déclaré le président américain lors d'une allocution attendue mardi soir.

Le président américain Joe Biden, prononce un discours sur la fin de la guerre en Afghanistan depuis la Maison blanche, à Washington DC, le 31 août 2021.
Le président américain Joe Biden, prononce un discours sur la fin de la guerre en Afghanistan depuis la Maison blanche, à Washington DC, le 31 août 2021. (BRENDAN SMIALOWSKI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le retrait militaire américain s'est achevé 24 heures avant la fin de la journée du 31 août, date butoir fixée par le président américain. Joe Biden s'est adressé à ses concitoyens mardi soir pour justifier sa décision de mettre fin à cette guerre de 20 ans, qui a précipité le retour au pouvoir des talibans. Nombreux sont les Américains qui se demandent à quoi auront finalement servi ces deux décennies d'engagement en Afghanistan. Joe Biden a malgré tout salué "l'extraordinaire succès" de la mission d'évacuation des Américains. Il reste encore sur place "100 à 200 ressortissants américains", et les Etats-Unis "restent déterminés" à faire sortir d'Afghanistan tous les Américains le souhaitant, a-t-il précisé. "En ce qui concerne les Afghans, nous et nos partenaires avons évacué 100 000 d'entre eux. Il n'y a pas de pont aérien comparable dans l'Histoire", a-t-il ajouté

"Le départ ou l'escalade" militaire. Les Etats-Unis avaient le choix entre "le départ ou l'escalade" militaire, a poursuivi Joe Biden. "Je refuse d'ouvrir une nouvelle décennie de guerre en Afghanistan. (...) "De tout mon coeur je pense qu'il s'agit de la meilleure décision pour l'Amérique". 

"Aucune alternative" à des discussions avec les talibans, selon l'Allemagne. Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a estimé q u'il n'y avait "absolument aucune alternative" à des discussions avec les talibans. "Nous ne regardons pas les questions de la reconnaissance formelle (du nouveau régime afghan) mais nous voulons régler les problèmes existants", a-t-il ajouté depuis Doha, au Qatar, évoquant le peuple afghan, les citoyens allemands encore dans le pays et les Afghans ayant travaillé pour des organisations allemandes.

 Les talibans fêtent leur victoire. Mardi matin, les islamistes fondamentalistes avaient enlevé tous les barrages menant à l'aéroport, sauf un. Sur la route, leurs combattants étaient tout sourire et serraient les mains des chauffeurs et passagers. "Félicitations à l'Afghanistan (...) Cette victoire est la nôtre à tous", a déclaré le principal porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, à l'aéroport de Kaboul. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AFGHANISTAN

23h52 : "Les Etats-Unis ne doivent plus être les gendarmes du monde. C'est une nouvelle ère qui s'ouvre."

Sur franceinfo, l'ancien ambassadeur de France à Washington Gérard Araud estime qu'avec son allocution aujourd'hui, le président américain, Joe Biden, entérine "une politique de retrait relatif des Etats-Unis de la scène du monde".

23h21 : "C'est un discours assez énergique et offensif. Au-delà de la question de l'Afghanistan, c'était vraiment un discours de vision, de doctrine et de politique étrangère", réagit sur franceinfo Benjamin Haddad, directeur "Europe" au think tank Atlantic Council de Washington, après le discours de Joe Biden sur le départ des dernières troupes américaines d'Afghanistan.

23h05 : Bonsoir @layzer, ce chiffre est bien exact : en vingt ans de guerre en Afghanistan, les Etats-Unis ont dépensé plus de 2 000 milliards de dollars, soit 300 millions de dollars par jour, expliquait déjà Forbes (lien en anglais) mi-août.

23h05 : Je retente, 300 millions par jour ça paraît invraisemblable, n'y aurait il pas une coquille ?!

22h35 : Envie de lecture pour la fin de soirée ? Voici trois contenus que nous proposons de lire sur franceinfo :

• Notre article répondant à quatre questions qui se posent après le départ définitif des troupes américaines d'Afghanistan.


Notre article sur l'avenir de l'aéroport de Kaboul, après le retrait des dernières troupes américaines.


Notre infographie sur les principales dispositions du protocole sanitaire dans les écoles, collèges et lycées, à deux jours de la rentrée.

22h08 : "A l'EI-K: nous n'en avons pas fini avec vous", a lancé lors de son allocution Joe Biden, à l'attention de l'organisation terroriste Etat islamique au Khorasan (EI-K). Cette branche locale du groupe jihadiste a revendiqué l'attentat de la semaine dernière près de l'aéroport de Kaboul, qui a tué une centaine d'Afghans, 13 militaires américains et deux Britanniques.

21h57 : Le discours de Joe Biden sur le départ des dernières troupes américaines d'Afghanistan est désormais terminé. Vous pouvez le revivre dans notre direct.

21h53 : Joe Biden rappelle le coût de vingt ans de guerre en Afghanistan : 300 millions de dollars chaque jour depuis 2001. Le président américain rappelle que 800 000 soldats américains ont servi en Afghanistan, plus de 20 000 ont été blessés et "de nombreuses vies américaines" y ont été perdues. "Je refuse d'ouvrir une nouvelle décennie de guerre en Afghanistan", défend-il.

21h50 : "Les droits de l'homme seront au cœur de notre politique étrangère. Nous ne pouvons pas le faire avec des déploiements militaires sans fin. Il faut le faire avec la diplomatie."

21h48 : Il s'agit, pour le président américain Joe Biden, de "mettre un terme à une ère d'opérations militaires sans fin pour rebâtir notre pays".

21h46 : "Nous continuerons à nous battre contre le terrorisme en Afghanistan et dans d'autres pays", défend Joe Biden lors de son allocution. Toutefois, "nous n'avons pas besoin d'être sur le terrain pour le faire".

21h44 : "Quel est l'intérêt vital de notre Nation ? Garantir que l'Afghanistan ne puisse jamais être réutilisé pour des attentats sur notre sol. (...) Nous avons réussi à faire ce que nous devions faire en Afghanistan il y a plus de dix ans déjà. Il était temps de mettre fin à cette guerre."

21h41 : "Si nous avions évacué le pays en juin ou en juillet (...) il y aurait toujours eu l'effondrement du gouvernement et cela aurait toujours été une mission très difficile et très dangereuse."

21h39 : "En ce qui concerne les Afghans, nous et nos partenaires avons évacué 100 000 d'entre eux. Il n'y a pas de pont aérien comparable dans l'Histoire."

21h40 : "Nous allons suivre leurs actes (des talibans) de très près. Partir le 31 août a été choisi pour sauver des vies américaines."

21h38 : Dans son allocution, Joe Biden salue "l'extraordinaire succès" de la mission d'évacuation des Américains en Afghanistan. Il reste encore sur place "100 à 200 ressortissants américains", et les Etats-Unis "restent déterminés" à faire sortir d'Afghanistan tous les Américains le souhaitant, précise-t-il.

21h33 : La prise de parole de Joe Biden débute sur le retrait définitif de l'armée américaine d'Afghanistan. Vous pouvez la suivre dans notre direct.

21h26 : L'allocution du président américain, Joe Biden, se fait attendre. Sa prise de parole sur le retrait des dernières troupes américaines d'Afghanistan était prévue à 20h45, heure française. Nous vous tiendrons bien sûr informés dès qu'elle commencera.

Le président américain Joe Biden lors d\'une déclaration après l\'attentat terroriste à l\'aéroport de Kaboul, jeudi 26 août.


(JIM WATSON / AFP)

20h47 : , le commerce de l'opium est également une source "très importante" du budget des talibans, dans un pays qui est le premier producteur mondial d'opium. Le mouvement islamiste collecte ainsi des taxes sur cette production.

20h47 : Bonsoir , comme nous vous l'expliquons dans cet article sur les talibans, le mouvement islamiste bénéficie notamment de donations de musulmans radicaux sympathisants, et plusieurs ONG au Pakistan, en Arabie saoudite ou aux Emirats arabes unis "participent aussi au financement des talibans" en collectant la zakat, l'impôt islamique, selon le chercheur Georges Lefeuvre.

20h47 : Bonjour. Vous avez remarqué l équipement de ces talibans. Quelle puissance est derrière eux pour les financer ? Ou est ce le trafic de drogue ?

20h42 : Le Qatar demande aux talibans de s'engager dans la lutte contre le terrorisme et de former un gouvernement "inclusif", après le départ de l'armée américaine d'Afghanistan. "Nous avons souligné l'importance de la coopération pour combattre le terrorisme (...) et l'importance de la coopération des talibans dans ce domaine", a déclaré le chef de la diplomatie, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

20h29 : 20 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

"Une catastrophe humanitaire se profile" en Afghanistan, prévient le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, évoquant "l'aggravation de la crise humanitaire et économique" et "la menace d'un effondrement total des services de base". Suivez notre direct.

Le président américain, Joe Biden, doit prendre la parole vers 20h45, heure française, sur la fin de vingt ans de présence américaine en Afghanistan. Les dernières troupes ont quitté le sol afghan hier.

L'Union européenne a atteint son objectif de 70% des adultes complètement vaccinés, a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur Twitter. Mais "nous devons aller plus loin ! Davantage d'Européens doivent se faire vacciner", a-t-elle estimé.


•A 23 ans, le sprinteur Charles-Antoine Kouakou a apporté sa sixième médaille d'or à l'équipe de France aux Jeux paralympiques de Tokyo en s'imposant dans la finale du 400 mètres.

19h56 : "Une catastrophe humanitaire se profile" en Afghanistan, prévient le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, évoquant "l'aggravation de la crise humanitaire et économique" et "la menace d'un effondrement total des services de base". Le secrétaire général des Nations unies appelle les Etats membres de l'ONU "à fournir un financement adéquat, souple et complet" en faveur de la population afghane.

19h45 : Le porte-parole du ministère des Armées n'a pas précisé comment ces dizaines d'anciens auxiliaires afghans de l'armée française pourraient quitter le pays. Une "trentaine" d'anciens employés (31 plus leurs familles, soit 110 personnes au total) ont pu être exfiltrés d'Afghanistan depuis le 15 août, a précisé Hervé Grandjean.

19h37 : "Il reste quelques dizaines d'anciens personnels civils de recrutement local (PCRL) afghans qui demandent la protection de la France", a annoncé le porte-parole du ministère des Armées, Hervé Grandjean, lors d'un point presse. "Le maximum sera fait pour leur permettre de bénéficier de la protection de la France dans les jours et les semaines qui viennent."

19h15 : Avec le départ des dernières troupes américaines d'Afghanistan hier, les talibans ont pu mettre la main sur du matériel militaire ayant appartenu à l'armée américaine ainsi qu'aux forces afghanes. Des chars, des drones, des hélicoptères... Le mouvement islamiste s'empare d'un arsenal conséquent.

Des avions et des véhicules militaires des forces aériennes afghanes près d'un hangar de l'aéroport de Kaboul, le 31 août 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)


(WAKIL KOHSAR / AFP)

18h15 : Après le départ des dernières troupes américaines d'Afghanistan, "le sujet qui est devant nous, c'est 'comment fait-on pour continuer l'évacuation de personnes qui demandent à quitter l'Afghanistan ?'", commente sur franceinfo Hervé Grandjean, porte-parole du ministère français des Armées.

(FRANCEINFO)

18h04 : Faisons un point sur l'actualité de cet après-midi :

• L'Union européenne a atteint son objectif de 70% des adultes complètement vaccinés, a annoncé la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur Twitter. Mais "nous devons aller plus loin ! Davantage d'Européens doivent se faire vacciner", a-t-elle estimé.

• Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a jugé "essentiel" de garder ouvert l'aéroport de Kaboul et a promis de ne pas oublier ceux qui cherchent à fuir le régime taliban en Afghanistan après le départ des derniers soldats américains.


• A 23 ans, le sprinteur Charles-Antoine Kouakou a apporté sa sixième médaille d'or à l'équipe de France aux Jeux paralympiques de Tokyo en s'imposant dans la finale du 400 mètres.

15h32 : "Il est essentiel de garder l'aéroport ouvert, à la fois pour permettre l'aide humanitaire au peuple afghan et pour s'assurer que nous pouvons continuer à faire sortir les gens, ceux qui le souhaitent mais qui n'ont pas pu faire partie de l'évacuation militaire."

Le secrétaire général de l'Otan juge "essentiel" de garder ouvert l'aéroport de Kaboul et promet de ne pas oublier ceux qui cherchent à fuir le régime taliban en Afghanistan.

14h25 : Le retrait des troupes américaines sonne la fin de vingt ans de présence des Etats-Unis sur le sol afghan. Combien de personnes les Etats-Unis ont-ils exfiltrées ? Quel sort sera réservé aux personnes restées sur place ? Voici les conséquences de ce départ.

Un avion de l'US Air Force évacue des personnes d'Afghanistan à l'aéroport international Hamid Karzai (HKIA), le 25 août 2021. (DONALD R. ALLEN / US AIR FORCE / AFP)(DONALD R. ALLEN / US AIR FORCE / AFP)

13h38 : Malgré le départ dans la nuit des derniers soldats américains, l'Allemagne n'a pas renoncé, selon Angela Merkel, à exfiltrer des Afghans, ceux qui ont collaboré avec l'armée allemande lors de l'intervention occidentale dans le pays, mais aussi ceux employés par les organisations humanitaires.

13h36 : Angela Merkel a jugé que l'aéroport de Kaboul, désormais sous contrôle taliban après le retrait des Etats-Unis, était d'une "importance existentielle" pour l'Afghanistan et pour le soutien médical et humanitaire à ce pays.

13h18 : Bonjour , comme vous le soulignez, l'armée américaine a effectivement "démilitarisé", c'est-à-dire mis hors d'usage, 73 avions, avant de quitter le territoire afghan. Le général McKenzie a simplement déclaré que "ces appareils ne voleront plus jamais" et qu'ils "ne pourront être utilisés par personne", précisant que "la plupart étaient déjà hors service de toute façon".

13h13 : Bonjour franceinfo, sait-on pourquoi les américains ont détruits des avions à Kaboul plutôt que de repartir avec ? Ils n’avaient pas le moyen de les démarrer ou de faire le plein de carburant ? Merci

12h01 : Il est midi, voici le point sur l'actualité :

• L'Union européenne a atteint son objectif de 70% des adultes complètement vaccinés, annonce la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen.

"Cette victoire est la nôtre à tous". A l'aéroport de Kaboul, le porte-parole des talibans s'est félicité du départ des Américains, avec un jour d'avance. "Nous voulons avoir de bonnes relations avec les États-Unis et le monde", a-t-il assuré.

• Les cyclistes Alexandre LLoveras et Corentin Ermenault décrochent la cinquième médaille d'or française de ces Jeux.

• En Louisiane, plus d'un million de foyers sont toujours sans électricité après le passage de l'ouragan. Au moins deux personnes ont été tuées, selon un bilan provisoire. "Les dégâts sont vraiment catastrophiques", a déploré le gouverneur de l'Etat, John Bel Edwards, à la chaîne NBC.

11h43 : Le nombre de Britanniques qui n'ont pas pu être évacués d'Afghanistan avant la fin de l'opération d'exfiltration menée par le Royaume-Uni s'élève à "quelques petites centaines", précise ce matin le gouvernement britannique, étrillé pour sa gestion de la crise afghane. Pour ceux restés sur place, Londres assure discuter avec les pays voisins de l'Afghanistan pour faciliter leur sortie du pays, et dit veiller à ce que les talibans respectent leur engagement à leur offrir un passage sûr.

11h20 : Ministre du gouvernement afghan de 2016 à 2018, Sayed Sadaat est devenu livreur en Allemagne. "Il n'y a pas à avoir honte, c'est un travail comme un autre", a-t-il expliqué à l'AFP.

Sayed Sadaat, ancien ministre afghan, livre des plats dans les rues de Liepzig (Allemagne) le 29 août 2021. (JENS SCHLUETER / AFP)

(JENS SCHLUETER / AFP)

11h10 : Le rassemblement "en solidarité avec les Afghans" et "pour un accueil inconditionnel des civils en danger" qui devait se tenir ce soir à Paris, doit finalement avoir lieu dimanche, indique la préfecture de police de Paris. Il aura lieu à 15 heures, place de la République.

10h21 : Après le départ des Américains cette nuit, les talibans paradent ce matin sur le tarmac de l'aéroport de Kaboul, au milieu des appareils détruits et abandonnés par l'armée américaine.







(WAKIL KOHSAR / AFP)

09h33 : "Tout cela fait un coup très dur pour l'Occident, pour les États-Unis. Dû sans doute à un manque d'anticipation, d'appréciation de la situation, de la réalité de ce qu'était l'État afghan."


Sur France 2, le ministre français a fait le bilan du départ américain du pays.

09h02 : Il est 9 heures, voici le point sur l'actualité :

"Cette victoire est la nôtre à tous". A l'aéroport de Kaboul, le porte-parole des talibans s'est félicité du départ des Américains, avec un jour d'avance. "Nous voulons avoir de bonnes relations avec les États-Unis et le monde", a-t-il assuré.

• Les cyclistes Alexandre LLoveras et Corentin Ermenault décrochent la cinquième médaille d'or française de ces Jeux.



• En Louisiane, plus d'un million de foyers sont toujours sans électricité après le passage de l'ouragan. Au moins deux personnes ont été tuées, selon un bilan provisoire. "Les dégâts sont vraiment catastrophiques", a déploré le gouverneur de l'Etat, John Bel Edwards, à la chaîne NBC.

08h31 : Présent à Kaboul, Cyril Payen, journaliste pour France 24, raconte la prise de contrôle des talibans après le départ des Américains.

Les forces spéciales talibanes sécurisent l'aéroport de Kaboul (Afghanistan) après le départ des derniers soldats américains, le 31 août 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)

(WAKIL KOHSAR / AFP)

08h17 : Une analyse en partie partagée par le régime taliban. La défaite américaine "est une grande leçon pour d'autres envahisseurs et pour notre future génération", a déclaré le principal porte-parole taliban, Zabihullah Mujahid, à l'aéroport de Kaboul.

08h13 : "On ne combat pas le terrorisme international en voulant recréer à partir de zéro un État moderne, ou supposé démocratique. La construction de l'État, cela ne marche pas."

Sur franceinfo, Olivier Roy analyse l'échec des Américains dans le pays.

07h49 : Que va devenir l'aéroport de Kaboul après le départ des Américains ? Comme vous l'explique notre journaliste Pierre-Louis Caron, l'incertitude plane sur l'avenir de ce site vital pour l'Afghanistan, tant pour les vols commerciaux et militaires que pour l'aide humanitaire internationale.

07h30 : Sans surprise, l'avenir du pays domine la une des journaux ce matin, après la fin de l'opération américaine. L'Humanité et Libération se penchent sur ce qui attend les Afghans.

L'Humanité

Libération

07h27 : "Ce n'est pas anodin du tout de voir ces gens quitter leur pays comme ça dans l'urgence, c'était assez émouvant."

Sur franceinfo, le premier pilote de l'armée française à atterrir à Kaboul pour l'opération d'évacuation témoigne.

07h11 : Plus de 120 000. C'est le nombre de personnes évacuées via l'aéroport de Kaboul, depuis la prise de la capitale afghane par les talibans. Nombre d'entre elles ont pu embarquer à bord d'avions américains, mais le chemin avant d'arriver aux Etats-Unis est encore long. Entre les centres d'accueil dans les bases militaires et les pays dits "de transit", les réfugiés afghans sont encore bien loin de l'autre côté de l'Atlantique.


Des réfugiés afghans sur la base aérienne américaine de Ramstein (Allemagne), le 26 août 2021. (ARMANDO BABANI / AFP)

(ARMANDO BABANI / AFP)