DIRECT. Afghanistan : les talibans dispersent plusieurs manifestations, un médecin affirme que deux personnes sont mortes à Herat

Les talibans ont dévoilé mardi leur premier gouvernement, qui comprend de nombreuses figures du mouvement.

Des manifestants opposés aux talibans et à l\'ingérence du Pakistan, à Herat (Afghanistan), le 7 septembre 2021.
Des manifestants opposés aux talibans et à l'ingérence du Pakistan, à Herat (Afghanistan), le 7 septembre 2021. (ANADOLU AGENCY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Trois semaines après la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan, des manifestants continuent de défier le pouvoir dans la rue. A Kaboul, une centaine de personnes s'est rassemblée devant l'ambassade du Pakistan, dont ils dénoncent l'ingérence dans le pays, et des coups de feu ont été tirés en l'air pour les disperser. Une autre manifestation s'est tenue à Herat, grande ville de l'ouest du pays, et un médecin local, témoignant anonymement auprès de l'AFP, affirme que deux personnes y ont été tuées par balles, et huit autres blessés. Il s'agirait des premiers morts depuis le début de ces manifestations. 

Les talibans avertissent les manifestants et les journalistes. "Ces manifestations sont illégales tant que les bureaux du gouvernement n'ont pas ouvert et que les lois ne sont pas proclamées", a déclaré Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans, en demandant aux médias de "ne pas couvrir" ces protestations. A Kaboul, des journalistes ont été arrêtés, selon plusieurs reporters sur place (contenu en anglais).

 Une partie du gouvernement dévoilé. Il sera dirigé par Mohammad Hassan Akhund, un ancien proche du mollah Omar, confondateur des talibans avec Abdul Ghani Baradar. Ce dernier devient numéro 2 de l'exécutif taliban. Ce gouvernement, présenté comme incomplet, est composé de figures des talibans, ne comprend aucune femme, mais un ministre de l'Intérieur recherché par le FBI, Sirajuddin Haqqani.

"Pas de contact politique" entre les talibans et Paris. "Il n'y a pas de contact politique" en vue d'une "reconnaissance d'un gouvernement taliban", a affirmé Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, sur franceinfo. "Nous n'avons que des paroles, et ces paroles ne valent rien pour l'instant", a déclaré de son côté le ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l'Assemblée nationale.

Des départs encore possibles. Les talibans ont de nouveau promis qu'ils laisseraient les Afghans qui le souhaitent quitter librement le pays. C'est ce qu'a fait savoir mardi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, en visite au Qatar. "Nous les attendrons sur cette question", a-t-il prévenu.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AFGHANISTAN

22h21 : Seema Rezaï est une boxeuse afghane de 18 ans. La jeune athlète a raconté à "Tout le sport" comment et pourquoi elle a quitté son pays, tombé aux mains des talibans.

20h08 : Il est déjà l'heure de faire un point sur l'actualité de cette soirée :

• Dans ses dernières modélisations de l'évolution de la pandémie de Covid-19, l'Institut Pasteur met en garde contre l'allègement des mesures sanitaires. Voici les principaux enseignements de cette étude, qui n'a pas encore été relue par des pairs.

• Trois semaines après leur arrivée au pouvoir, les talibans ont dévoilé une partie de leur futur gouvernement, qui sera dirigé par Mohammad Hassan Akhund, leur ministre des Affaires étrangères à la fin des années 1990. Le chef des talibans a quant à lui demandé au nouveau gouvernement de faire appliquer la charia. Suivez notre direct.

"En accord avec la famille", un hommage national et "populaire" à Jean-Paul Belmondo sera rendu, jeudi, aux Invalides, trois jours après la mort de l'acteur de 88 ans, a annoncé l'Elysée. Ses obsèques auront lieu vendredi matin. Suivez notre direct.

• Après cinq matchs sans victoire, les Bleus affrontent la Finlande, ce soir, à Lyon, en éliminatoires du Mondial 2022. L'enjeu est important : garder la tête du groupe D (et fêter dignement le retour de Karim Benzema dans sa ville d'origine).

19h39 : "Les gouvernants travailleront durement pour faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays."

Le chef des talibans demande au nouveau gouvernement de faire appliquer la charia. Hibatullah Akhundzada, dont les interventions publiques sont très rares, s'est exprimé dans un tout premier communiqué depuis la prise de pouvoir des islamistes dans le pays il y a plus de trois semaines.

18h33 : Un médecin cité par l'AFP sous couvert d'anonymat affirme que deux personnes ont été tuées et huit blessées par balles, aujourd'hui, lors d'une manifestation contre le régime taliban à Herat, la grande ville de l'ouest afghan. Nous n'avons, à ce stade, pas de confirmation de cette information.

18h00 : Il est 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Avant l'ouverture du procès des attentats du 13 novembre 2015, demain, Gérald Darmanin demande aux forces de sécurité "un haut niveau de vigilance" face à la menace terroriste et une "intensification des contrôles" près "des lieux les plus sensibles".

• Trois semaines après leur arrivée au pouvoir, les talibans ont dévoilé une partie de leur futur gouvernement, qui sera dirigé par Mohammad Hassan Akhund, leur ministre des Affaires étrangères à la fin des années 1990. Suivez notre direct.

"En accord avec la famille", un hommage national et "populaire" à Jean-Paul Belmondo sera rendu, jeudi, aux Invalides, trois jours après la mort de l'acteur de 88 ans, a annoncé l'Elysée. Ses obsèques auront lieu vendredi matin. Suivez notre direct.

• Après cinq matchs sans victoire, les Bleus affrontent la Finlande, ce soir, à Lyon, en éliminatoires du Mondial 2022. L'enjeu est important : garder la tête du groupe D (et fêter dignement le retour de Karim Benzema dans sa ville d'origine).

17h43 : Pour Jean-Charles Jauffret, professeur émérite d'histoire et spécialiste de l'Afghanistan, les manifestations en dans le pays n'ont "rien à voir" avec l'appel à la résistance lancée dans le Panchir. "C'est vraiment la société civile", dit-il, soulignant l'importance de la jeunesse éduquée qui "ne veut pas de ce retour à l'âge de pierre".




(HOSHANG HASHIMI / AFP)

17h27 : Les talibans appellent les manifestants à prévenir les autorités de tout rassemblement la veille de l'événement prévu. Selon l'envoyée spéciale de BFMTV à Kaboul, ils interdisent désormais aux médias de filmer les cortèges.

17h22 : "Le gouvernement n'est pas au complet."

Ce porte-parole du nouveau régime assure que son mouvement, qui a promis un exécutif "inclusif", va essayer de "prendre des gens d'autres régions du pays".




(BILAL GULER / ANADOLU AGENCY / AFP)

17h19 : Amir Khan Muttaqi, négociateur taliban avec les Américains à Doha, est nommé à la tête du ministère des Affaires étrangères.

17h15 : @Un brin provoc : Les talibans ont promis de respecter les droits des femmes, sans convaincre. Ils ont certes autorisé les femmes à continuer à étudier à l'université (ce qu'ils interdisaient auparavant), à condition qu'elles soient séparées des hommes et qu'elles portent une abaya noire et un niqab couvrant le visage.

17h11 : @Un brin provoc : Vous l'avez compris, il semble peu probable de voir des femmes arriver au gouvernement. Pour rappel, les talibans se sont surtout engagés à former un gouvernement de transition ouvert à d'autres groupes que le leur, dans un pays très fragmenté tant géographiquement qu'ethniquement.

17h31 : Des femmes au gouvernement ? Bon ok, je sors 😉

17h00 : Quant à Abdul Ghani Baradar, on sait de lui qu'il a cofondé les talibans aux côtés du mollah Omar. Chef militaire du mouvement, il a été emprisonné au Pakistan de 2010 à 2018, avant d'être nommé chef du bureau politique des talibans. C'est lui qui, depuis le Qatar, a mené les négociations avec les Américains menant au retrait des forces étrangères d'Afghanistan.



(EYEPRESS NEWS / AFP)

16h57 : Un petit tour dans les archives, où l'on retrouve cette photo du nouveau chef du gouvernement taliban, Mohammad Hassan Akhund (à droite), reçu en 1999 par le Premier ministre pakistanais, Nawaz Sharif, en tant que ministre afghan des Affaires étrangères.




(SAEED KHAN / AFP)

16h52 : L'exécutif taliban commence à prendre forme, avec Mohammad Hassan Akhund à sa tête et Abdul Ghani Baradar en numéro deux. Le premier est un ancien gouverneur et ministre, tandis que le second est l'un des cofondateurs du mouvement. Le journaliste Wassim Nasr analyse les premières nominations.

17h11 : Les talibans dévoilent le nom des premiers membres de leur futur gouvernement, qui sera dirigé par le mollah Mohammad Hassan Akhund.

16h24 : Un responsable de la commission culturelle talibane affirme que les noms de premiers membres du gouvernement afghan doivent être annoncés d'ici ce soir. Cela fait trois semaines que l'Afghanistan est sans exécutif.

16h13 : Jean-Yves Le Drian annonce qu'il se rendra prochainement au Qatar pour travailler à "l'évacuation de nos ressortissants et des Afghanes ou Afghans qui veulent sortir" d'Afghanistan. Selon lui, le Qatar a été "désigné" par les talibans pour prendre en charge la gestion de l'aéroport de Kaboul.

16h10 : Où en est la France dans ses relations avec les talibans ? "Nous n'avons que des paroles, et ces paroles ne valent rien pour l'instant", déplore le ministère des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l'Assemblée nationale.

15h14 : "Nous avons été touchés mais nous ne sommes pas morts, nous sommes toujours vivants."

Le frère du commandant Massoud affirme que les talibans "n'ont pas pris le Panchir" en intégralité, contrairement à ce qu'ils affirment. "Ne pensez pas que parce qu'ils ont pris la route, ils ont pris le Panchir", avance-t-il, évoquant "des milliers de combattants [rebelles] dans la vallée qui peuvent revenir à tout moment".

12h03 : Il est midi, voici les principales informations de la mi-journée :

A Kaboul, des journalistes ont été arrêtés par les talibans lors de manifestations contre la répression au Panchir et l'ingérence du Pakistan. Les talibans ont tiré en l'air devant l'ambassade du Pakistan dans la capitale pour disperser la foule, mais des rassemblements sont encore en cours.


La France rendra jeudi aux Invalides un hommage national et "populaire" à Jean-Paul Belmondo, mort hier à Paris à l'âge de 88 ans.



L'équipe de France, championne du monde en titre, espère se relancer après cinq matchs nuls consécutifs avec la réception ce soir de la Finlande, dans le cadre des éliminatoires pour le Mondial 2022.

12h00 : Parmi les manifestants, beaucoup de femmes défilent à Kaboul. "Les femmes afghanes veulent que leur pays soit libre. (...) Nous sommes fatiguées", a déclaré l'une des manifestantes à l'AFP. "Pourquoi la communauté internationale reste-t-elle silencieuse en voyant tant de gens se faire tuer ?"

12h01 : Des journalistes ont été arrêtés par les talibans lors d'une manifestation contre la répression dans le Panchir et l'ingérence du Pakistan, à Kaboul plus tôt dans la journée, selon un journaliste sur place employé par France Télévisions. Les talibans ont notamment dispersé un rassemblement devant l'ambassade du Pakistan par des tirs en l'air.

09h30 : Les talibans ont tiré plusieurs coups de feu en l'air à Kaboul pour disperser une manifestation devant l'ambassade du Pakistan, pour dénoncer l'ingérence d'Islamabad dans les affaires afghanes. Le Pakistan est proche du régime des talibans, au pouvoir depuis la mi-août.

07h27 : Voici un premier point sur l'actualité de ce mardi :

• "Bébel" est mort. L'un des derniers monstres sacrés du cinéma français, Jean-Paul Belmondo, est décédé à Paris à l'âge de 88 ans. Après 50 ans de carrière, l'acteur avait vu son parcours stoppé par un AVC en 2001. La France lui rendra hommage, a affirmé la ministre de la Culture Roselyne Bachelot sur RTL. "Il est encore trop tôt" pour savoir sous quelle forme, mais "le président de la République en fixera les contours", a-t-elle expliqué.

Grâce à la baisse du taux d'incidence dans le pays, le pass sanitaire ne sera plus exigé dans les centres commerciaux de plus de 20 000 m2 à partir de mercredi, sauf dans neuf départements encore dans le rouge, a annoncé le gouvernement.


• Les talibans disent avoir le contrôle de tout l'Afghanistan, affirmant avoir fait tomber la vallée du Panchir. Le chef de la résistance locale, le fils du commandant Massoud, a appelé chaque Afghan à "se soulever pour la dignité, la liberté et la prospérité" du pays.


La situation épidémique s'améliore en Guadeloupe. "Le pic des hospitalisations est passé suite au confinement", a annoncé le directeur médical de crise du CHU, Bruno Jarrige, avertissant toutefois que "le virus est toujours là".