Cet article date de plus de sept ans.

Aino Mena, une banlieue chic de Kandahar en plein essor

Aino Mena a vu le jour en 2003. Cette banlieue cossue est située à quelques encablures de Kandahar, grande ville du sud de l’Afghanistan, connue pour être le berceau des insurgés talibans. Malgré cette proximité, se construisent villas avec piscine, salles de sports, restaurants et magasins, dans un secteur résidentiel en plein développement.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des Afghans recueillent l'eau d'un barrage dans un nouveau parc d'Aino Mena, quartier huppé de la ville de Kandahar, où ont vécu Oussama Ben Laden et le Mollah Omar, le chef des talibans (photo prise le 23 septembre 2013). (MASSOUD HOSSAINI / AFP)
Il faut être riche pour vivre à Aino Mena. Ici, le prix d'une maison peut grimper jusqu'à 600.000 dollars (soit 437.000 euros), une somme astronomique dans ce pays où le revenu moyen par habitant dépasse à peine 500 dollars (360 euros) par an.

Pour pénétrer sur ce site de 4.000 hectares, il faut montrer patte blanche et franchir un check point bien gardé. Ce quartier cossu est équipé d’un lac artificiel et 2.000 résidences y sont déjà construites. A terme, il devrait compter 13.000 logements.

«Pour beaucoup, c'est un rêve»
Cet essor est inattendu dans cette région de l'Afghanistan, où vit une population pauvre, souvent illettrée et coupée du monde, meurtrie par les attentats-suicide et la longue guerre entre les talibans et la coalition militaire menée par les forces américaines. «Il n'y a rien de comparable en Afghanistan», affirme Noorullah Khan, 37 ans, propriétaire d'une maison dotée d'un magnifique jardin avec chemin de galets et petit pont. «Les gens qui aiment la vie moderne sont heureux ici. Pour beaucoup, c'est un rêve.»

Vue d'une nouvelle maison d'Aino Mena, quartier huppé de Kandahar (Afghanistan). (MASSOUD HOSSAINI / AFP)

«La vie est agréable ici, c'est bon pour les affaires», se félicite pour sa part Ahmed Shah, patron d'une boutique qui vend aussi bien des plats traditionnels que des pizzas, beignets de poulet ou hamburgers.

Aino Mena reste néanmoins soumise au poids des traditions. Les femmes sont rares dans les rues et portent la burqa. Seuls les hommes fréquentent les clubs de sport. «Nous avons de très bonnes écoles, la sécurité est excellente, nous n'avons pas de problème de bruit ou de propreté», se réjouit, Khalil Ahmad, un homme d'affaires de 35 ans, client d'une salle de sport locale. 

Scandale de corruption
Ce site, propriété du ministère de la Défense, avait été acheté en 2003 pour une bouchée de pain par une entreprise dirigée par Mahmood Karzaï, un des frères du président Hamid Karzaï. L’acquisition du domaine avait provoqué un scandale de corruption impliquant la famille du président, lui-même originaire de Kandahar.
 
Dans un pays en proie à la violente guérilla des talibans, chassés du pouvoir en 2001, les habitants d'Aino Mena se souviennent encore d’un attentat perpétré en mai 2013 sur la route principale du complexe résidentiel. Il avait coûté la vie à 9 personnes. 

Le départ, d'ici fin 2013, de la majorité des 87.000 soldats de la coalition internationale déployés en Afghanistan pourrait inquiéter nombre de résidents, qui redoutent qu'une flambée de violences ne vienne ternir la vie dorée d'Aino Mena.

Le complexe résidentiel d'Aino Mena, près de Kandahar (Afghanistan). (MASSOUD HOSSAINI / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.