Afghanistan : une nouvelle attaque terroriste à l'aéroport de Kaboul "dans les 24 à 36 heures" est "très probable", alerte Joe Biden

Le président américain affirme que ses conseillers sur les questions militaires et de sécurité lui ont transmis cette estimation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des Afghans patientent devant une entrée de l'aéroport de Kaboul, le 28 août 2021. (WAKIL KOHSAR / AFP)

L'Afghanistan comme les Etats-Unis sont encore sous le choc de l'attentat suicide perpétré jeudi devant l'aéroport de Kaboul, qui a tué au moins 85 personnes. Mais la menace persiste, a averti Joe Biden samedi 28 août : "Nos commandants m'ont informé qu'une attaque était très probable dans les 24 à 36 heures", écrit-il dans un communiqué diffusé dans la soirée (heure française).

Ce message du président des Etats-Unis fait suite à une rencontre avec ses conseillers militaires et de sécurité. "La situation sur les lieux reste extrêmement dangereuse et la menace d'une attaque terroriste contre l'aéroport demeure élevée", prévient-il.

Il ajoute que la frappe de drone de l'armée américaine annoncé vendredi ne sera pas "la dernière". Les Américains affirment que cette opération a permis de tuer deux cibles au sein de la branche afghane de l'Etat islamique, qui a revendiqué l'attentat de jeudi : un "organisateur" et un "opérateur" de l'attaque. Une troisième personne a été touchée. Cette opération est présentée comme une riposte à l'attentat, qui a notamment tué des soldats américains.

Depuis l'attentat, la France et le Royaume-Uni ont mis fin aux opérations d'exfiltration de civils afghans, que les Américains poursuivent, leur retrait étant prévu mardi. Samedi, le journaliste de l'AFP sur place constatait que la foule massée devant les entrées de l'aéroport depuis la prise de Kaboul par les talibans avait disparu, et que les civils évacués étaient acheminés en bus par les talibans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.