Afghanistan : un attentat-suicide fait "plusieurs morts" dans un lycée français à Kaboul

Le Quai d'Orsay précise qu'aucune victime n'est française. La police de Kaboul évoque 15 à 20 blessés.

Capture d\'écran du site du lycée français Esteqlal de Kaboul, en Aghanistan, où un attentat-suicide a été perpétré le 11 décembre 2014.
Capture d'écran du site du lycée français Esteqlal de Kaboul, en Aghanistan, où un attentat-suicide a été perpétré le 11 décembre 2014. (LYCEES FRANCO-AFGHANS DE KABOUL)

Un attentat-suicide perpétré dans l'enceinte du lycée français Esteqlal de Kaboul (Afghanistan) a fait "plusieurs morts et de nombreux blessés", annonce le ministère des Affaires étrangères, jeudi 11 décembre, sans plus de détails. Les premiers bilans du ministère afghan de l'Intérieur et de la police de Kaboul faisaient état d'un mort et de plusieurs blessés : entre 15 et 20. Le Quai d'Orsay précise qu'aucune victime n'est française.

REUTERS

Un kamikaze s'est fait exploser en fin d'après-midi dans la foule lors d'une représentation théâtrale au centre culturel français de Kaboul, qui se trouve dans le lycée Esteqlal, une des institutions d'enseignement les plus connues du pays. L'établissement est financé par la France et a enseigné le français à plusieurs générations d'écoliers afghans. Le plus célèbre fut Ahmad Shah Massoud, héros de la résistance contre les talibans et les Soviétiques.

Les talibans revendiquent l'attaque

La capitale afghane est le théâtre d'une recrudescence des violences à quelques jours du retrait définitif des dernières troupes de l'Otan. L'attaque du lycée Esteqlal, perpétrée dans le centre de la capitale afghane, survient peu après un attentat-suicide contre un autobus militaire, dans lequel six soldats ont trouvé la mort, selon les autorités. 

Dans un bref message envoyé à de nombreux journalistes, les talibans ont revendiqué l'attaque, qui intervient à un peu plus de deux semaines de la fin de la mission de combat de l'Otan en Afghanistan.