Afghanistan : les talibans affirment qu'ils laisseront les femmes étudier, mais pas avec les hommes

Le nouveau gouvernement afghan va mettre fin à la mixité à l'université, jugeant cette dernière incompatible avec l'islam.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes dans une école en Afghanistan le 10 novembre 2019. (GUILLAUME PINON / HANS LUCAS / AFP)

Les talibans annoncent qu'ils laisseront les femmes qui le désirent étudier à l'université, mais elles devront le faire séparément des hommes. La promesse a été faite dimanche 12 septembre par le ministre de l'Enseignement supérieur du nouveau régime afghan.

"Nos combattants ont assumé leurs responsabilités" en reprenant le pouvoir, a déclaré Abdul Baqui Haqqani lors d'une conférence de presse à Kaboul, avant de souligner l'importance du système universitaire. Il a ainsi confirmé que le gouvernement allait mettre fin à la mixité des cours permise jusqu'ici dans les universités, l'estimant incompatible avec l'islam.

Inquiétude de certaines universités

Le nouveau gouvernement taliban avait annoncé la semaine dernière qu'il allait permettre aux femmes d'étudier sous de strictes conditions, notamment vestimentaires, dont le port de voile intégral et de séparation des hommes et femmes, dans des classes séparées ou par un rideau dans les cours où les femmes sont peu nombreuses. Cette annonce nourrit l'inquiétude de certaines universités, qui affirment qu'elles n'auront pas les moyens matériels et financiers de s'adapter à la non-mixité, et que cela pourrait encourager les étudiants, habitués à la mixité, à quitter le pays pour aller étudier ailleurs.

Elle préoccupe aussi l'Unesco qui a estimé vendredi que les "immenses" progrès accomplis depuis 2001 en matière d'éducation en Afghanistan étaient en "danger" avec les talibans, alertant sur les risques d'une "catastrophe générationnelle" qui pourrait affecter le développement du pays "pour des années".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.