Afghanistan : le Royaume-Uni annonce la fin de ses évacuations de civils afghans

"Nous n'avons pas pu faire sortir tout le monde et c'est déchirant", a reconnu le chef des forces armées britanniques.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des soldats britanniques débarquent sur la base aérienne de Brize Norton (Royaume-Uni) à leur retour de Kaboul (Afghanistan), le 28 août 2021. (ALASTAIR GRANT / AFP)

A trois jours du retrait annoncé des troupes américaines, le Royaume-Uni a annoncé, samedi 28 août, la fin de son opération d'exfiltration de civils afghans à l'aéroport de Kaboul (Afghanistan). "Nous arrivons à la fin de l'évacuation, qui interviendra dans le courant de la journée, et alors il sera bien sûr nécessaire de faire sortir nos troupes dans l'avion restant", a déclaré le chef des forces armées britanniques, le général Nick Carter, sur BBC Radio 4.

L'opération d'évacuation s'est déroulée "aussi bien que possible au vu des circonstances", a poursuivi le général Carter samedi, "mais nous n'avons pas pu faire sortir tout le monde et c'est déchirant".

Selon lui, il ne reste que "très peu" d'appareils évacuant des civils afghans depuis Kaboul. La France a mis fin à sa propre opération d'évacuation vendredi soir.

Près de 150 Britanniques n'ont pas pu être exfiltrés

Le ministère de la Défense avait assuré, vendredi, que plus de 14 500 personnes avaient été évacuées par le Royaume-Uni depuis le 13 août, dont environ 8 000 Afghans éligibles au programme destiné au personnel afghan employé localement par le pays.

Le ministre de la Défense, Ben Wallace, avait estimé que jusqu'à 150 ressortissants britanniques et entre 800 et 1 100 Afghans éligibles ne pourraient être exfiltrés. 

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a assuré qu'il remuerait "ciel et terre" pour continuer à faire sortir des gens d'Afghanistan après la date du 31 août prévue pour le retrait des soldats américains.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.