Afghanistan : le 31 août reste la date butoir pour le départ des États-Unis

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Afghanistan : le 31 août reste la date buttoir pour le départ des Etats-Unis
France 3
Article rédigé par
S.Desjars, O.Pergament, G.Daret - France 3
France Télévisions

Joe Biden a affirmé mardi 24 août que les États-Unis comptaient garder la date du 31 août pour le départ de leurs troupes d'Afghanistan. Les soldats américains, qui sécurisent l'aéroport de Kaboul, ont besoin de cinq à six jours pour évacuer leurs personnels.  

À l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, 5 800 soldats américains supervisent les opérations d'évacuation avant de repartir d’ici le 31 août. "Le plus tôt nous pourrons finir, le mieux ça sera, chaque jour d'opération apporte un risque supplémentaire pour nos troupes", a lancé le président américain Joe Biden, mardi 24 août. Leur déploiement a permis de sortir 70 000 personnes du pays ces 10 derniers jours.  

Les talibans refusent les évacuations au-delà du 31 août 

Pour pouvoir continuer à évacuer après cette date butoir, les Occidentaux doivent obtenir l'accord des talibans. Un espoir quasi-nul. "N'encouragez pas les Afghans à fuir le pays, experts, ingénieurs, médecins, analystes, et ceux qui ont été éduqués ici, ce pays a besoin de leurs compétences", a déclaré Zabihullah Mujahid, le porte-parole des talibans. L'espoir d'un ailleurs s'amenuisent pour des dizaines de milliers d'Afghans et notamment pour les femmes qui pourraient voir leurs libertés largement restreintes.   

Le pont aérien mis en place par la France devrait prendre fin jeudi soir ou vendredi matin. Les États-Unis devraient contrôler entièrement l'aéroport pendant cinq à six jours afin d'évacuer leurs personnels et le plus de matériel possible. "Ça veut dire aussi probablement que la France, comme les autres pays occidentaux, ne pourront pas évacuer tous les Afghans à qui ils souhaitaient venir en aide", explique le journaliste Guillaume Daret pour le 12/13 de France 3. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.