Cet article date de plus de deux ans.

Afghanistan : l'évacuation des anciens interprètes de l'armée française va être "très difficile", craint leur avocat

Me Antoine Ory affirme que les talibans disposent d'une liste comprenant les noms de ceux qui ont travaillé pour des étrangers et qu'ils ont commencé à faire du porte à porte.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des Afghans se rassemblent au bord d'une route près de l'aéroport de Kaboul, le 20 août 2021, dans l'espoir de fuir le pays après la prise de contrôle militaire de l'Afghanistan par les Talibans. (WAKIL KOHSAR / AFP)

Trois cents des 800 Afghans embauchés comme interprètes par l'armée française ont été évacués mais environ 200 sont toujours en Afghanistan, dont une grande majorité à Kaboul, assure Me Antoine Ory, avocat des anciens interprètes afghans de l'armée française, samedi 21 août sur franceinfo.

>> TÉMOIGNAGE. Jamail, réfugiée afghane arrivée jeudi à Paris : "Je suis très inquiète pour ma famille, toujours en danger face aux talibans à Kaboul"

Il affirme qu'ils sont "cloîtrés chez eux", que certains tentent d'aller à l'aéroport pour espérer prendre un avion mais "c'est très compliqué", selon l'avocat, qui explique que la situation sur place est "chaotique", notamment parce que nombre de ses clients lui confient que les talibans disposent bien, "ce n'est pas une légende", d'une liste comprenant les noms de ceux qui ont travaillé pour des étrangers et qu'ils ont commencé à faire du porte à porte.

Antoine Ory en est persuadé, "ça va être une évacuation très difficile", notamment parce que l'accès à l'aéroport de Kaboul est parfois "bloqué" par les talibans ou "filtré" par les Américains. Et si cet avocat ne "jette pas la pierre à l'Etat" français, il estime néanmoins "qu'on paie aussi la politique du ministère des Armées qui, pendant sept ans, s'est opposée à leur retour, et ça, on ne peut que le regretter."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.