Afghanistan : aucune avancée à l'issue de nouveaux pourparlers entre le gouvernement et les talibans

Des discussions étaient organisées au Qatar, qui espérait qu'elles déboucheraient sur un cessez-le-feu. Les deux parties doivent se rencontrer à nouveau dans quelques jours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le représentant du gouvernement afghan, Abdullah Abdullah (à gauche), et le négociateur en chef des talibans, Mullah Abdul Ghani Baradar (à droite), entourent le médiateur qatari Mutlaq al-Qahtani lors de pourparlers de paix à Doha (Qatar), le 18 juillet 2021. (KARIM JAAFAR / AFP)

L'offensive des talibans en Afghanistan va se poursuivre. Des discussions entre les insurgés et le gouvernement afghan, à Doha (Qatar), se sont achevées sans avancées concrètes, dimanche 18 juillet. Les deux parties se sont simplement accordées sur le besoin de trouver une "solution juste", selon leur communiqué commun. Le médiateur qatari Moutlaq al-Qahtani a pour sa part affirmé que les deux camps s'étaient "à peine mis d'accord" pour tenter "d'éviter des victimes civiles", bien loin du cessez-le-feu espéré.

Les talibans assurent chercher un accord

"Malgré l'avancée et les victoires militaires (...) nous restons résolument favorables à un règlement politique", avait assuré dimanche matin le chef des talibans, Hibatullah Akhundzada, accusant le gouvernement afghan de "perdre du temps". Le chef du conseil gouvernemental supervisant le processus de paix, Abdullah Abdullah, a éludé les questions des journalistes dimanche soir.

La rencontre organisée samedi et dimanche à Doha était une nouvelle étape de pourparlers engagés depuis septembre 2020, qui n'ont abouti à aucun accord. Selon leur communiqué dimanche, les représentants du gouvernement afghan et des talibans ont convenu de se rencontrer à nouveau "la semaine prochaine".

Les talibans mènent depuis début mai une offensive en Afghanistan, profitant du retrait définitif des troupes étrangères présentes dans le pays. Ils ont pris le contrôle de vastes territoires ruraux et d'importants postes-frontières et encerclent plusieurs capitales régionales. L'armée afghane peine à lutter, même si le porte-parole des forces de sécurité se félicitait dimanche de la mort de près d'un millier de combattants ennemis.

Une quinzaine de représentations diplomatiques en Afghanistan, dont l'ambassade de France et la délégation de l'Union européenne, ont appelé lundi les talibans à cesser leur progression. "L'offensive des talibans entre en contradiction directe avec leur soutien affirmé à un règlement négocié du conflit et au processus de paix de Doha", écrivent-elles dans un communiqué commun.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Afghanistan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.