Accord sur une nouvelle aide à la Grèce : un "acte de confiance"

La fumée blanche aura mis longtemps à venir mais peu après deux heures du matin les dix-neuf ministres des Finances de la zone Euro ont trouvé un accord au sein de l’Eurogroupe en vue de verser une nouvelle tranche d’aide de 10,3 milliards d’euros à la Grèce. Avec à plus long terme des perspectives pour un allègement d'une dette publique qui avoisine les 180% du PIB.

(Le ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos va rentrer chez lui avec un accord © REUTERS / Eric Vidal)

Les ministres des Finances ont renoué avec leur pratique du plus fort de la crise et des réunions marathon jusqu’au milieu de la nuit mais cet Eurogroupe prolongé a porté ses fruits puisqu’il a débouché sur ce double accord dont beaucoup doutaient, à savoir à la fois un nouveau versement et un allègement de la dette. Selon Michel Sapin, ministre français des Finances, c’est le retour de la confiance entre les Européens et le gouvernement grec et des efforts consentis par le pays :

"Cet accord et l'ensemble des discussions entre nous ont souligné les efforts considérables, la confiance que l'on pouvait avoir dans le gouvernement grec aujourd'hui, sa capacité à mettre en œuvre, même quand c'est politiquement difficile, des réformes nécessaires. Cet accord est un acte de confiance vis-à-vis de la Grèce aujourd'hui".

Dans la pratique, il n’y aura pas de réduction de la dette mais des mesures visant à réduire les taux d’intérêt payés par le gouvernement à ses bailleurs de fonds et d’éventuels délais pour les remboursements. La nouvelle tranche d’aide financière fera quant à elle l’objet de plusieurs versements, dont le plus conséquent interviendra dans la seconde quinzaine de juin pour sept milliards et demi d’euros.