Cet article date de plus de huit ans.

Accident du tunnel au Japon : peut-on éviter un nouveau drame ?

Alors que le bilan s'alourdit, neuf morts annoncés ce lundi matin, le gouvernement japonais a décidé de faire un examen précis de tous les tunnels similaires à celui qui s'est effondré ce dimanche à 80 kilomètres de Tokyo. Avec quels moyens techniques et financiers ? Les autorités nippones devraient rapidement s'en expliquer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Kyodo Reuters)

Les automobilistes japonais doivent-ils désormais éviter d'utiliser
les tunnels routiers ? C'est la question que peut légitimement se poser la
population nippone après l'effondrement d'un tunnel ce dimanche qui a fait 9
morts.

Le gouvernement nippon a promis un examen minutieux et indiqué
que des investissements significatifs seraient probablement requis sur les infrastructures
autoroutières qui, à l'instar du tunnel accidenté, datent en partie de la
période de forte croissance économique des années 1950 à 1970.

"Nous soupçonnons l'âge d'être une des premières causes
possibles." Un responsable de Nexco

C'est cette entreprise qui gère le
site où s'est produit l'accident, à environ 80 km à l'ouest de Tokyo.

1.500 tunnels sur le seul réseau autoroutier

Dès aujourd'hui, des ingénieurs ont commencé  à examiner
plusieurs autres tunnels bâtis sur le même modèle dans les environs. Il y en
aurait une vingtaine de ce type au Japon.  La police a ouvert
une enquête pour négligence, a rapporté l'agence de presse Jiji. Le tunnel de
Sasago où s'est produit  la catastrophe
est l'un des plus longs du Japon (4,7 km).

Le Japon, recouvert de montagnes volcaniques et à la merci
des séismes
, totalise quelque 1.500 tunnels sur le seul réseau autoroutier,
dont un quart ont plus de 30 ans, et des milliers d'autres sur les voies plus
étroites ainsi que sur les chemins de fer.

"Le Premier
ministre, Yoshihiko Noda, a exigé du ministère des Transports qu'il fasse tout
son possible pour déterminer rapidement la cause de l'accident et prenne les
dispositions qui s'imposent pour éviter d'autres cas
", a indiqué lors
d'une conférence de presse le porte-parole du gouvernement, Osamu Fujimura.

Un investissement supplémentaire dans un Japon en plein marasme
économique qui n'avait, par ailleurs, pas encore fait le deuil des terribles
drames survenus l'an dernier.     

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.