Cet article date de plus d'onze ans.

Abou Dhabi, capitale et principale composante des Emirats arabe unis, aidera son voisin Dubaï, en proie aux dettes

"Nous allons examiner et aborder les engagements de Dubaï au cas par cas. Cela ne veut pas dire que nous allons effacer toutes ses dettes", a déclaré samedi un responsable des EAU.L'émirat de Dubaï a fait savoir mercredi que deux de ses principales entreprises recherchaient un moratoire de leurs dettes de plusieurs milliards de dollars.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Dubaï, émirat célèbre pour son train de vie princier et ses tours vertigineuses. (AFP/MARWAN NAAMANI)

"Nous allons examiner et aborder les engagements de Dubaï au cas par cas. Cela ne veut pas dire que nous allons effacer toutes ses dettes", a déclaré samedi un responsable des EAU.

L'émirat de Dubaï a fait savoir mercredi que deux de ses principales entreprises recherchaient un moratoire de leurs dettes de plusieurs milliards de dollars.

"Certaines des entités de Dubaï sont commerciales, et d'autres semi-gouvernementales. Abou Dhabi choira lesquelles aider et quand", a déclaré le même responsable, souhaitant conserver l'anonymat qui a parlé d'une aide ponctuelle.

En jeu, près de 60 milliards de dollars de dettes contractées par la holding gouvernementale Dubai World et sa filiale immobilière Nakhil, qui construit des îles artificielles en forme de palmiers destinées à des célébrités mondiales.

Selon les Premier ministres britanniques et français, Gordon Brown et François Fillon, l'économie mondiale, en voie de reprise après deux ans de crise financière, est désormais assez forte pour absorber un tel choc.

Les marchés financiers en ont d'ailleurs témoigné vendredi lors que les cours ont clos en hausse et que les banques situées hors du Golfe ont fait savoir qu'elles n'étaient pas affectées par les dettes de Dubaï.

Dans la région, l'impact de la crise immobilière de Dubaï est encore flou. Les banques d'Abou Dhabi ont prêté jusqu'à 30% à Dubaï et la question, samedi, n'était pas de savoir si elles allaient venir en aide au petit émirat non pétrolier, mais quand et comment.

Abou Dhabi, qui possède 90% du pétrole qui font des EAU le troisième producteur mondial, a déjà procuré à Dubaï 15 milliards de dollars via la banque centrale des EAU et deux de ses banques privées.

L'aider plus dépendra de l'attitude de Dubaï, estime un responsable d'Abou Dhabi. Le gouvernement de Dubaï devrait s'exprimer lundi sur cette question, à la réouverture des marchés après la longue pause de la fête musulmane de l'Aïd al Adha.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.