Cet article date de plus de dix ans.

31 des 33 mineurs chiliens miraculés en 2010 ont porté plainte contre l'Etat chilien pour négligence

Ils avaient survécu 69 jours bloqués sous terre dans le nord du Chili entre août et octobre 2010.Les plaignants accusent le Service national de géologie et des mines (Sernageomin) de ne pas avoir préalablement inspecté les conditions de sécurité dans la mine de San José, située au nord du Chili, où ils avaient été pris au piège.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Matériel de secours pour les 33 mineurs chiliens bloqués sous terre dans le désert d'Atacama en 2010. (AFP)

Ils avaient survécu 69 jours bloqués sous terre dans le nord du Chili entre août et octobre 2010.

Les plaignants accusent le Service national de géologie et des mines (Sernageomin) de ne pas avoir préalablement inspecté les conditions de sécurité dans la mine de San José, située au nord du Chili, où ils avaient été pris au piège.

L'avocat représentant les mineurs, Edgardo Reinoso, a déposé vendredi une plainte au bureau d'un procureur du tribunal de Santiago. Cette plainte exige de l'Etat chilien une indemnisation de 540.000 dollars (380.000 euros) pour chacun des 31 mineurs, a rapporté une source judiciaire.

Selon un mineur plaignant, Claudio Yañez, le gisement avait déjà été fermé par le passé et avait été le théâtre de nombreux accidents. "Tout le monde sait qu'en 2005 et 2007, il y a eu deux morts dans cette mine et qu'elle était donc dangereuse", a déclaré M.Yañez sur l'antenne de CNN Chili.

"Cela n'a rien de politique, cette action vise l'Etat et non le gouvernement", a tenu à expliquer le chef de quart devenu logiquement chef des 33 mineurs piégés sous terre, Luis Urzua.

Ces plaintes s'ajoutent à une autre déjà émise par les familles de mineurs contre la direction de la mine et la Sernageomin, assortie d'une demande d'indemnités de plusieurs millions de dollars. Les mineurs demandent également leurs retraites anticipées, en raison des séquelles physiques et psychologiques subies.

De son côté, l'Etat a saisi la justice pour récupérer le coût des opérations de secours. Les "33", bloqués plus de deux mois à 700 mètres de profondeur à la suite d'un éboulement souterrain, avaient été secourus sains et saufs sous les caméras du monde entier au cours d'une opération qui a coûté 20 millions de dollars (14 millions d'euros) à l'Etat chilien.

La Sernageomin a été restructurée en profondeur après l'accident et a vu le nombre de ses inspecteurs augmenter sensiblement. La mine de San José demeure fermée depuis lors.

Début mars, la Chambre des députés chilienne a adopté le rapport d'une commission d'enquête parlementaire sur l'accident de San José, qui conclut à la responsabilité première des patrons de la mine "pour n'avoir pas adopté les mesures requises de sécurité du travail".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.