Cet article date de plus de douze ans.

30.000 "chemises rouges" dans les rues de Bangkok

Plus de 30.000 "chemises rouges", partisans de Thaksin Shinawatra, ont manifesté dans les rues de Bangkok
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des Chemises rouges, manifestants pro-Thaksin, à Bangkok, en Thaïlande, le 8 avril de 2009. (© AFP/CHRISTOPHE ARCHAMBAULT)
Plus de 30.000 "chemises rouges", partisans de Thaksin Shinawatra, ont manifesté dans les rues de BangkokPlus de 30.000 "chemises rouges", partisans de Thaksin Shinawatra, ont manifesté dans les rues de Bangkok

Ils ont demandé au roi de gracier leur dirigeant en exil condamné pour corruption,a indiqué la police.

M. Thaksin, 60 ans, qui a gouverné la Thaïlande de 2001 à 2006 avant d'être renversé par des royalistes,s'est adressé à ses partisans, grâce à une liaison par vidéo,soulignant qu'il restait "loyal" à la monarchie et au souverain Bhumibol Adulyadej.

La manifestation se tenait sur la place Sanam Luang, près du Grand Palais, où d'importantes forces de sécurité étaient déployées afin de parer à toute éventualité.

Les organisateurs affirment disposer d'une pétition rassemblant plus de cinq millions de signatures demandant au roi Bhumibol d'accorder une grâce à M. Thaksin, condamné par contumace en octobre dernier à deux ans de prison pour "conflit d'intérêt".

"Nous sommes ici aujourd'hui pour informer notre père, le roi de tous les Thaïlandais, que nous souhaitons l'unité et la réconciliation", a déclaré M. Thaksin qui portait lui-même une chemise rouge sur les images retransmises par un site web de l'opposition.

Les "chemises rouges" réprimées en avril


Le mouvement des "chemises rouges" avait été réprimé par l'armée en avril dernier à la suite de violentes manifestations à Bangkok. Il a repris depuis sous une forme pacifique avec des rassemblements réguliers et la pétition qui devait être remise plus tard lundi au bureau du palais royal.

Abhisit Vejjajiva, devenu Premier ministre en décembre dernier à la faveur d'un renversement d'alliance au Parlement, a averti les "chemises rouges" que leur campagne n'avait aucun fondement légal et que seuls M. Thaksin et des membres de sa famille étaient en mesure de demander en personne la grâce du roi.

Depuis 2006, la Thaïlande est le théâtre de manifestations entre partisans et adversaires de M. Thaksin, qui reste populaire dans les régions rurales du nord d'où il est originaire. Il est, en revanche, détesté par une bonne partie des élites de Bangkok.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.