Cet article date de plus d'onze ans.

24 personnes, dont 4 ministres, ont été tuées jeudi dans un attentat suicide dans un hôtel de Mogadiscio

Un quatrième ministre somalien, celui des Sports, Suleyman Olad Roble, est mort samedi à Nairobi des suites de l'attaque-suicide.L'attentat visait l'hôtel Shamo, où avait lieu une remise de diplômes à des étudiants et à laquelle assistaient des officiels du gouvernement de transition somalien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (AFP)

Un quatrième ministre somalien, celui des Sports, Suleyman Olad Roble, est mort samedi à Nairobi des suites de l'attaque-suicide.

L'attentat visait l'hôtel Shamo, où avait lieu une remise de diplômes à des étudiants et à laquelle assistaient des officiels du gouvernement de transition somalien.

Trois ministres du TFG figuraient déjà parmi les tués: le ministre de l'Education supérieure, Ibrahim Hassan Addow, le ministre de l'Education, Mohammed Abdullhai Waayel, et la ministre de la Santé, Qamar Aden Ali, a indiqué un responsable gouvernemental en charge de la sécurité.

Deux journalistes somaliens ont également été tués: le correspondant de radio Shabelle, Mohamed Amin Aden, et un cameraman travaillant pour la télévision al-Arabiya, Hassan Zuber Hadji, a précisé un employé de l'hôtel. Selon lui, c'est l'un des étudiants participant à la cérémonie qui a déclenché des explosifs qu'il portait sur lui.

Les insurgés islamistes radicaux shebab et du Hezb al-Islam ont démenti vendredi être impliqués dans cet attentat-suicide.

Le 17 septembre, 21 personnes avaient été tuées dont 17 soldats ougandais et burundais, dans un double attentat-suicide à l'aéroport de Mogadiscio contre le quartier général de l'Amisom (force de paix de l'Union africaine en Somalie).

Le 18 juin, un attentat-suicide avait coûté la vie au ministre de la Sécurité intérieure, le colonel Omar Hashi Aden, et à 19 autres personnes à Beledweyne (300 km au nord de Mogadiscio).

Ces deux attentats avaient été revendiqués par le groupe islamiste "shebab". Se réclamant d'Al-Qaïda et de son idéologie du jihad mondial, les insurgés islamistes somaliens ont multiplié les attentats-suicide ces derniers mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.