Cet article date de plus de six ans.

2015, année record pour le nombre de réfugiés

Le nombre de réfugiés et déplacés a sans doute dépassé cette année le cap record des 60 millions, en raison notamment de la guerre en Syrie mais aussi de conflits qui perdurent ailleurs dans le monde, a annoncé vendredi l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des réfugiés entre les frontières macédoniennes et serbes en octobre dernier. © REUTERS/Marko Djurica)

C'est presque comme si toute la population française avait migré cette année. Ce chiffre de 60 millions de migrants en 2015 comprend 20,2 millions de réfugiés qui tentent d'échapper à la guerre et la persécution, un niveau sans précédent depuis 1992, dit le rapport du HCR.

"Un humain sur 122 est aujourd'hui quelqu'un qui a été contraint de quitter son foyer "

Près de 2,5 millions de demandeurs d'asile attendent d'obtenir un titre de séjour. Près d'un million de demandes d'asile ont été déposées au cours du premier semestre, essentiellement en Allemagne, aux Etats-Unis et en Russie. "Le nombre de personnes contraintes à l'exil a probablement dépassé les 60 millions en 2015. Un humain sur 122 est aujourd'hui quelqu'un qui a été contraint de quitter son foyer ", dit le rapport du HCR.

Guerre civile syrienne

Fin 2014, ce chiffre s'élevait à 59,5 millions. Les pays en développement situés en lisière des zones de conflit accueillent l'essentiel des réfugiés, souligne le rapport qui met également en évidence un risque. La guerre civile syrienne, qui a débuté en 2011, est le principal facteur de hausse du nombre de déplacés, 4,2 millions de Syriens ayant fui à l'étranger tandis que 7,6 millions d'autres demeurent en Syrie tout en ayant quitté leur domicile.

A LIRE AUSSI :

►►► L'Europe s'accorde sur la répartition de 120.000 réfugiés

►►► Reportage sur le route des réfugiés, avec une famille syrienne

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.