2011, l'année des révoltes

En désignant "le manifestant" comme personnalité de l'année 2011, le magazine américain "Time" rend hommage à tous ceux qui ont dénoncé, ou dénoncent encore les dictatures ou le système capitaliste. Retour en images sur ces contestataires.

En désignant "le manifestant" comme personnalité de l'année 2011, le magazine américain Time rend hommage à tous ceux qui ont dénoncé, ou dénoncent encore, les dictatures ou le système capitaliste. Retour en images sur ces contestataires.

124
Le 17 décembre 2010, à Sidi Bouzid (Tunisie), Mohamed Bouazizi, marchand de fruits et légumes de 26 ans, s'immole par le feu devant le siège du gouvernorat, après la confiscation de sa marchandise par la police. Le pays descend dans la rue. CHRISTOPHER FURLONG / GETTY IMAGES
224
Le chômage, la cherté de la vie, sont autant de raisons qui poussent les Tunisiens à manifester et à réclamer le départ de Zine el-Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis vingt-trois ans. Les forces de l'ordre tirent à balles réelles sur les contestataires. CHRISTOPHER FURLONG / GETTY IMAGES
324
Malgré les couvre-feux à répétition, la censure et l'arrestation de cyber-dissidents, les émeutes continuent. L'armée se range du côté des manifestants. Ben Ali promet des réformes, en vain. CHRISTOPHER FURLONG / GETTY IMAGES
424
Des centaines de Tunisiens ont été blessés, des dizaines sont morts. Le 14 janvier 2011, Ben Ali quitte la Tunisie avec son épouse pour se réfugier en Arabie saoudite. REUTERS
524
Au printemps 2011, des milliers de manifestants descendent dans les rues d'Athènes pour protester contre les mesures d'austérité prises afin de sortir la Grèce d'une crise économique catastrophique. LOUISA GOULIAMAKI / AFP
624
La neuvième grève générale depuis le début de la crise a lieu en mai. Quinze mille personnes descendent dans la rue, qualifiant le gouvernement du Premier ministre Georges Papandréou de "kleptocratie" et de "voleurs". ARIS MESSINIS / AFP
724
Durant l'été, l'agence de notation Standard & Poor's abaisse la note de la Grèce à CCC. Après un remaniement gouvernemental, le gouvernement Papandréou démissionne le 11 novembre. Les manifestations continuent. FILIPPO MONTEFORTE / AFP
824
Les Yéménites se soulèvent à leur tour contre le président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis trente-deux ans. Le chef de l’Etat fait réprimer la révolte dans le sang. MOHAMMED HUWAIS / AFP
924
Fin novembre, Saleh signe enfin le plan de sortie de crise préparé par les monarchies du Golfe, qui prévoit le transfert de l’exécutif à son vice-président. Mais les manifestants défilent toujours et réclament aujourd’hui son jugement. GAMAL NOMAN / AFP
1024
Cela fait plus de neuf mois que les Syriens exigent le départ de Bachar Al-Assad, au pouvoir depuis onze ans. Selon l'ONU, la répression a déjà fait plus de 5 000 morts. REUTERS
1124
La Libye profite elle aussi du printemps arabe pour réclamer plus de liberté et de démocratie à Mouammar Kadhafi, le "Guide de la révolution", au pouvoir depuis quarante-et-un ans. La répression se fait dans le sang. REUTERS
1224
Les insurgés forment le Conseil national de transition (CNT), mais les troupes de Kadhafi gagnent du terrain. En mars, l’ONU décide d’intervenir. Une coalition internationale s’organise afin de venir en aide aux insurgés et "protéger le peuple libyen". MAJID SAEEDI / GETTY IMAGES
1324
La Cour pénale internationale lance un mandat d’arrêt contre Kadhafi et l’un de ses fils. Fin octobre, le dernier bastion kadhafiste tombe. De nombreux pays ont déjà reconnu le CNT. MAJID SAEEDI / GETTY IMAGES
1424
Le 20 octobre, Kadhafi est tué. Trois jours plus tard, Moustapha Abdeljalil proclame la libération de la Libye, après huit mois de guerre civile. MAJID SAEEDI / GETTY IMAGES
1524
S’inspirant des révolutions arabes et du mouvement lancé par les "indignés" espagnols mi-mai, des Américains décident de protester de manière pacifique afin de dénoncer le capitalisme. ALEX WONG / GETTY IMAGES
1624
Soutenus par le collectif d’activistes online Anonymous, des centaines de citoyens installent leurs tentes dès le mois de septembre dans le parc Zuccotti, à New York, près de Wall Street. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES
1724
Aux Etats-Unis, ils se surnomment les "99 %", par opposition au 1 % des Américains les plus riches. Dénonçant la responsabilité des banques dans la crise économique actuelle, ils sont bientôt imités à travers le monde. BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES
1824
Les Egyptiens aussi exigent le départ de Hosni Moubarak, à la tête du pays depuis vingt-neuf ans. Fin janvier, les manifestants s’organisent sur Facebook pour la première "journée de la colère" et occupent la place Tahrir. PETER MCDIARMID / GETTY IMAGES
1924
Hosni Moubarak ordonne aux forces de l’ordre de tirer sur les manifestants ; la police leur roule dessus. Le siège du Parti national démocrate, celui de Moubarak, est mis à sac. De nombreux bâtiments officiels sont pillés ou détruits. REUTERS
2024
Le gouvernement coupe les télécommunications pendant plusieurs jours. Des cyberactivistes sont arrêtés. Les Egyptiens défilent par millions contre Moubarak. PETER MCDIARMID / GETTY IMAGES
2124
Le 11 février, le pouvoir est transféré à l’armée. Le procès de Moubarak s’ouvre le 3 août 2011, il encourt la peine de mort. MOHAMMED ABED / AFP
2224
Les habitants du Bahreïn, qui souffrent aussi d’un taux de chômage élevé, de la cherté de la vie et d’un manque de liberté, remettent en question le régime monarchique du roi sunnite Hamad Ben Issa Al-Khalifa. REUTERS
2324
Les manifestants occupent par milliers la place de la Perle, et l’armée fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés, surtout parmi les chiites, majoritaires dans le pays. JOSEPH EID / AFP
2424
Malgré le rapport d’une commission indépendante sur les répressions des soulèvements remis aux autorités et la promesse de réformes, les Bahreïnis sont toujours dans la rue pour réclamer la mise en place d’une monarchie constitutionnelle. HAMAD I MOHAMMED / REUTERS