Cet article date de plus d'onze ans.

120 personnes ont péri brûlées vives lundi dans l'explosion et l'incendie d'un oléoduc dans un bidonville de Nairobi

"Le bilan des corps dénombrés jusqu'à présent est de 120. Il devrait augmenter à cause de corps dans la rivière" proche du lieu de l'accident où des victimes se sont précipitées pour éteindre les flammes qui les dévoraient, selon un responsable municipal.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des habitants du bidonville de Lunga Lunga, près des lieux de l'explosion, le 12 septembre 2011 (AFP/TONY KARUMBA)

"Le bilan des corps dénombrés jusqu'à présent est de 120. Il devrait augmenter à cause de corps dans la rivière" proche du lieu de l'accident où des victimes se sont précipitées pour éteindre les flammes qui les dévoraient, selon un responsable municipal.

L'explosion s'est produite dans la zone industrielle de Lunga Lunga, qui est entourée du bidonville de Sinai, une zone de petites habitations aux toits de tôle, densèment peuplée.

"Il y avait eu avant une fuite dans la canalisation et les gens essayaient de récupérer l'essence", a déclaré un habitant du quartier, Joseph Mwego. "On a entendu alors une grosse détonation, une forte explosion, et des flammes et de la fumée se sont élevées dans le ciel", a-t-il témoigné.

"Les gens essayaient de tirer du pétrole du conduit" a confirmé à l'AFP un responsable de la Croix Rouge, qui a envoyé une équipe sur les lieux.

Un journaliste de l'AFP sur place a vu plusieurs dizaines de corps calcinés près du lieu de l'explosion qui s'est produite vers 05H30 GMT.

Les blessés qui ont été tous évacués vont être suivi par la Croix-Rouge. Des gens se couvraient la bouche pour éviter d'étouffer dans la fumée acre.

Des maisons proches du pipeline ont aussi été gagnées par le feu, leur toît métallique se tordant et s'effondrant.

Des pompiers aspergeaient l'oléoduc de mousse chimique en milieu de journée pour contenir le feu, tandis que la police avait installé un cordon de sécurité et repoussait les gens.

Les fuites d'oléoducs et de camions-citernes attirent souvent des foules en Afrique et sont à l'origine d'accidents meurtriers quand un incendie se déclare.

En 2009, 122 personnes avaient été tuées dans l'ouest du Kenya dans l'explosion d'un camion-citerne qui s'était renversé, et dont elles tentaient de récupérer l'essence.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.