Xynthia a laissé des stigmates en Vendée et Charente-Maritime

Cinq ans après le passage de la tempête Xynthia qui a tué 47 personnes sur les côtes de l'Atlantique, on s'inquiète toujours des risques liés aux marées hautes.

FRANCE 3

La marée est synonyme de spectacle pour certains, mais la montée rapide des eaux peut rapidement se transformer en cauchemar. C'est ce qui s'est passé en Vendée et Charente-Maritime en 2010, quand la tempête Xynthia a submergé les habitations de bord de mer et tué 47 personnes.

Si cinq ans après, les mesures de sécurité ont été amplifiées, avec la démolition de nombreux bâtiments en situation de risque, beaucoup de riverains ont choisi de rester, comme ici à Aytré, en Charente-Maritime. "À 80 ans, on ne va pas s'amuser à aller ailleurs", estime un habitant. "Les dangers, ça arrive une fois tous les 100 ans. Quand ça revient, si ça revient, je serai mort."

Des intérêts immobiliers

Les risques de nouvelles inondations ne sont pourtant pas à prendre à la légère, mais la catastrophe causée par Xynthia ne semble pas avoir marqué tous les esprits. "La population pense qu'il ne faut pas trop cultiver la mémoire de Xynthia parce que leurs biens sont en péril, ne serait-ce que dans le cas des reventes", analyse Emmanuel Garnier du CNRS de la Rochelle.

 

Des plongeurs inspectent des maisons inondées à La Faute-sur-Mer (Vendée), le 2 mars 2010, après le passage de la tempête Xynthia.
Des plongeurs inspectent des maisons inondées à La Faute-sur-Mer (Vendée), le 2 mars 2010, après le passage de la tempête Xynthia. (FRANK PERRY / AFP)