Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Un garçon de 12 ans toujours porté disparu à Porquerolles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
France 2 - Nicolas Luiset et Pauline Juviny
Article rédigé par
France Télévisions

Les recherches ont été interrompues dimanche en fin d'après-midi sur l'île de Porquerolles (Var) après la disparition d'un garçon britannique qui était parti à vélo samedi en fin d'après-midi par un fort mistral. Elles doivent reprendre lundi.

METEO - Les recherches ont été interrompues dimanche 28 octobre en fin d'après-midi sur l'île de Porquerolles (Var), après la disparition d'un garçon de 12 ans de nationalité britannique, qui était parti à vélo samedi en fin d'après-midi par un fort mistral.

"Toutes les patrouilles sont rentrées et le jeune n'a pas encore été retrouvé", a déclaré à l'AFP le préfet du Var, Paul Mourier. "Les recherches reprendront demain", avec le renfort de 20 nouveaux militaires de la Sécurité civile de Brignoles, a-t-il précisé.

Dimanche, trois maîtres-chiens et "deux sections de ce régiment, soit 40 hommes", étaient déjà arrivés sur l'île pour compléter le dispositif mis en place samedi soir, avec 113 personnes mobilisées (sapeurs-pompiers, policiers, agents du parc national, douaniers et 40 habitants). Un hélicoptère a également effectué des survols de la zone.

"Si la météo le permet, nous allons commencer des investigations en mer en engageant des moyens nautiques sur la partie sud-ouest de l'île", a ajouté le préfet. C'est dans cette zone que le vélo du garçon a été retrouvé, ainsi qu'une de ses chaussures. Au sol, "d'autres parties de l'île vont être inspectées", a dit le préfet du Var, en précisant que "toutes les hypothèses" étaient envisagées à ce stade par les enquêteurs de la police judiciaire.

Selon le maire d'Hyères, Jacques Politi, le garçon venait d'arriver d'Angleterre avec son père anglais, sa mère française et ses deux frères et soeurs pour passer les vacances sur cette île très touristique, longue d'une dizaine de km et large de moins de trois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.