Tempête Xynthia, attentat du Bataclan... Rescapés et proches créent l'Observatoire citoyen des droits des victimes

Les neuf membres fondateurs annoncent dans un communiqué vouloir "permettre une réflexion de fond sur l’aide aux victimes, sur leurs droits et la juste prise en considération de leurs besoins".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une femme se tient devant la salle de concert du Bataclan (Paris), le 13 novembre 2020.
 (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

L'un a tout perdu après le passage de la tempête Xynthia en 2010, un autre est un rescapé de l'attaque du Bataclan en 2015, une autre a perdu son frère dans le crash d'un avion en 2019... Neuf rescapés ou proches de victimes d'attentats, de crashs ou de catastrophes naturelles ont décidé de créer "l'Observatoire citoyen des droits des victimes"

"Faisant le constat d’une indifférence collective croissante et redoutant un désengagement des pouvoirs publics", les signataires veulent "permettre une réflexion de fond sur l’aide aux victimes, sur leurs droits et la juste prise en considération de leurs besoins", peut-on lire dans leur communiqué diffusé vendredi 21 mai. 

Etre une "vigie"

Parmi les membres fondateurs, des figures connues du grand public, comme Emmanuel Domenach, rescapé de la salle de concert parisienne, qui a longtemps été investi au sein l'association 13onze15 Fraternité et vérité. Dans Le Parisien, lui et les autres disent vouloir faire de cet Observatoire une "vigie" qui sera "force de propositions".

L'Observatoire entend "porter le débat sur les actions nécessaires à la reconstruction et à la restauration des victimes.Il y a ici un enjeu qui doit être celui de toute la société" car "une véritable prise de conscience collective et un volontarisme politique affirmé sont nécessaires." "Dans son engagement militant, l’Observatoire s’inscrit en complémentarité et en soutien des associations déjà fortement engagées dans la prise en charge individuelle des victimes et dans le suivi des procédures judiciaires", peut-on lire enfin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tsunami

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.