États-Unis : les chasseurs de tornades, les aventuriers de l'extrême

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
États-Unis : les chasseurs de tornades, les aventuriers de l'extrême
France 2
Article rédigé par
L.de La Mornais, A.Vahramian, B.Laigle, T.Donzel, A.Monange, L.Setyon, J.Poissonnier - France 2
France Télévisions

Se mettre à l'abri en cas d'orage, de foudre ou de vents violents ? Très peu pour les chasseurs de tornades. Aux États-Unis, ce sont de véritables stars, qui ont même droit à leurs propres émissions de télévision.

David Baxter et son équipe sont des "storm chasers", des chasseurs de tempêtes et de tornades. "Il ne faut pas laisser la peur dicter vos décisions. On peut alors faire de grosses frayeurs, comme être frappé par la foudre, ça peut être très dangereux. C'est un genre de passion réservé à ceux qui jouent en première division", explique David Baxter. Son véhicule est équipé d'un ordinateur de bord, de caméras et d'une application de météo en direct. Le chasseur cherche avant tout à photographier l'instant décisif, "une belle tornade bien photogénique".

Des stars du petit écran

Au début de l'été, ces groupes parcourent le "couloir des tornades", le nom d'une bande qui court du Texas au Dakota, où elles se forment souvent. En présence des équipes de France Télévisions, le vent s'intensifie, dans les plaines du Texas. "La force folle des éléments ! C'est incroyable ce que Mère Nature peut faire", se réjouit David Baxter. Ce jour-là, la tornade change toutefois de direction. 

Dans le pays, les storm chasers ont leurs stars, leurs réseaux sociaux et même leurs émissions de télévision. Ils n'hésitent pas à repousser les limites. La consécration est de rouler dans un "dominator", un véhicule transformé en char d'assaut, avec vitres blindées et testés dans le souffle de réacteur d'avion. Les équipements n'évitent toutefois pas les drames : plusieurs chasseurs de tornades sont morts au cours des dernières années. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tornade

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.