Tempête, inondations : quinze jours de galère pour la Bretagne

Neuf départements du littoral atlantique et de Bretagne sont encore placés en alerte météo orange en raison d'un risque de vagues submersives et d'inondations. Retour en images sur une fin 2013 et un début 2014 marqués par des conditions météo extrêmes. 

La Bretagne se souviendra de ces fêtes de fin d'année et du début 2014. Depuis plus de quinze jours, la région est victime d'importantes intempéries. Après le passage de la tempête Dirk, juste avant Noël, certaines villes sont toujours noyées sous les eaux, lundi 6 janvier. Le Finistère, le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique présentent toujours des risques d'inondations. Retour en images sur quinze journées de galère, entre inondations, vents violents et vagues enragées.

119
Une vague s'enroule autour d'un phare à Audierne (Finistère), le 23 décembre 2013, lors du passage de la tempête Dirk. MAL LANGSDON / REUTERS
219
Une digue résiste aux vagues à Esquibien (Finistère), le 23 décembre 2013. MAL LANGSDON / REUTERS
319
A Scaër (Finistère), la crue de l'Isole a arraché des arbres et abîmé des routes. MAXPPP
419
Certains bâtiments historiques sont victimes de la montée des eaux, à l'instar de la chapelle du Penity à Quimper (Finistère), le 24 décembre 2013. CHARLY TRIBALLEAU / AFP
519
Les dégâts provoqués par la tempête Dirk contraignent les autorités à fermer plusieurs axes routiers, comme la RN 24 entre Rennes et Lorient, au niveau de Mordelles (Ille-et-Vilaine), le 25 décembre 2013. MAXPPP
619
L'Aulne déborde à Châteaulin (Finistère), le jour de Noël. FRED TANNEAU / AFP
719
Les Côtes-d'Armor ne sont pas épargnées par la tempête et les vents violents, comme ici à Belle-Isle-en-Terre, le 24 décembre 2013. LE SAUX LIONEL / SIPA
819
En Bretagne, au moins 120 000 foyers ont été privés d'électricité à cause de la tempête Dirk. Les équipes d'ERDF vont mettre plusieurs jours à rétablir totalement la situation. FRANCOIS LO PRESTI / AFP
919
Sans doute l'image la plus marquante de ces inondations : une maison à moitié effondrée à Quimperlé (Finistère), le 25 décembre 2013. Elle a finalement été rasée. FRED TANNEAU / AFP
1019
La crue de la Laïta à Quimperlé ravage de nombreuses habitations. Les commerces ne sont pas épargnés. MAXPPP
1119
En déplacement dans les villes sinistrées de Quimperlé (photo) et Quimper, le 26 décembre 2013, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, reconnaît "une erreur d'appréciation" de l'Etat quant aux risques de crues. MAXPPP
1219
Le 28 décembre 2013, un homme et son neveu périssent noyés à Plouescat (Finistère). L'oncle est mort en tentant de sauver l'adolescent qui avait été emporté par une vague, près de la digue. MAXPPP
1319
Les éléments se déchaînent à nouveau en Bretagne le 1er janvier 2014. Le Fort de Penthièvre, à Saint-Pierre-Quiberon (Morbihan), est assailli par la houle. DAMIEN MEYER / AFP
1419
Situé en bordure de la rivière d'Auray, le port de Saint-Goustan (Morbihan) a les pieds dans l'eau, le 1er janvier 2014. DAMIEN MEYER / AFP
1519
Situation identique à Morlaix (Finistère), qui s'est endormie sous une vingtaine de centimètres d'eau, le 1er janvier 2014. MAXPPP
1619
Les vagues submergent une nouvelle fois le port de Ploemeur (Morbihan), le 1er janvier 2014.  MAXPPP
1719
Pas de répit pour les habitants de Quimperlé (Finistère). La Laïta avait atteint, à la pleine mer, une cote de près de 4 mètres, dimanche 5 janvier, noyant à nouveau les quais sous plus d'un mètre d'eau. MAXPPP
1819
Deux digues gonflables d'une centaine de mètres de long ont été installées, lundi 6 janvier, le long du Blavet à Pontivy (Morbihan). Ces digues flottantes remplies d'eau sont censées bloquer l'inondation en redirigeant l'eau.  MAXPPP
1919
Alors que l'eau peine à retrouver son niveau normal dans les terres lundi 6 janvier, huit départements du littoral atlantique sont placés en vigilance orange vagues-submersion, dont le Finistère et le Morbihan. Ici sur l'Ile-Tudy (Finistère), le 3 janvier 2014.  FRED TANNEAU / AFP