Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Tempête Amélie : de nombreux dégâts à déplorer

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Tempête Amélie : de nombreux dégâts à déplorer
france 3
Article rédigé par
France Télévisions

La tempête Amélie a provoqué quelques dégâts dans l'ouest du pays et fait au total huit blessés, pour cause de chutes d'arbres, dans la nuit du samedi 2 au dimanche 3 novembre. Près de 140 000 foyers étaient privés d'électricité dimanche matin. Les transports ont également été perturbés.

Des torrents d'eau s'infiltrent par tout dans les rues du village. Le réveil est douloureux, dimanche 3 novembre, à La Chapelle-des-Pots, en Charente-Maritime, après le passage de la tempête Amélie dans la nuit. Par endroits, la commune est coupée par les flots. Un habitant constate les dégâts, impuissant. L'eau n'a pas épargné sa maison. À Legé, en Loire-Atlantique, une tornade très localisée a frappé la commune. Une partie du centre culturel a été arrachée. Une maison a été bâchée en urgence afin d'éviter que des tuiles chutent de l'habitation. Commencée au cœur de la nuit, la tempête Amélie a continué de balayer la côte atlantique une partie la matinée.

Des rafales jusqu'à 163 km/h

À Lacanau, en Gironde, même les pompiers peinent à avancer. Dans les environs de Royan (Charente-Maritime), certaines routes départementales sont partiellement inondées. Résultat : un automobiliste est sorti de la route. Il attend la dépanneuse depuis deux heures. Dans la région de Challans, en Vendée, les arbres ont entraîné dans leur chute câbles et poteux électriques. En urgence, les élagueurs dégagent les branches pour permettre aux équipes d'Enedis d'intervenir. Au plus fort de la tempête, 140 000 foyers étaient privés d'électricité dans toute la France. Après des pointes de vent à 163 km/h par endroits, de nombreux blessés et huit blessés sur la côte ouest, fort heureusement sans gravité, Amélie, première tempête automnale, s'essouffle progressivement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tempête Amélie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.