Intempéries : comment la tempête Amélie va-t-elle évoluer dans les prochaines heures ?

Quelque 140 000 foyers étaient privés d'électricité dimanche matin dans le Sud-Ouest après le passage d'Amélie. Franceinfo a interrogé Christelle Robert, prévisionniste à Météo France, pour en savoir plus sur l'évolution de la tempête.

A Biarritz, le 3 novembre 2019, lors du passage de la tempête Amélie.
A Biarritz, le 3 novembre 2019, lors du passage de la tempête Amélie. (GAIZKA IROZ / AFP)

Record mensuel de vitesse du vent battu au cap Ferret (Gironde). Des rafales soufflaient en effet à 163 km/h, dimanche 3 novembre à l'aube. En cause, la tempête Amélie, qui n'a pas fait de victimes pour l'instant, mais de nombreux dégâts.

>> Intempéries : suivez en direct l'évolution de la situation

Dans la matinée de dimanche, quelque 140 000 foyers étaient ainsi privés d'électricité dans le Sud-Ouest. Alors que les perturbations se déplacent vers le Sud-Est, déjà touché par de graves inondations, franceinfo a interrogé la prévisionniste de Météo France Christelle Robert sur cette première tempête de l'année.

Franceinfo : La tempête Amélie est-elle d'une violence exceptionnelle ou reste-t-elle dans les normes ?

Christelle Robert : Elle reste dans les normes, mais il y a quand même eu de bonnes rafales de vent. Au cap Ferret (Gironde), un record mensuel pour le mois de novembre a été battu avec 163 km/h enregistrés à 6 heures du matin. Pareil à Bordeaux, où les rafales ont atteint une vitesse de 121 km/h vers 7h20. Du jamais-vu dans la ville pour un mois de novembre. Ceci dit, Amélie n'est pas au niveau exceptionnel des tempêtes de décembre 1999 ou d'octobre 1987, ni de la tempête Xynthia qui avait frappé particulièrement la façade atlantique en 2010.

Est-ce que ces violentes intempéries vont durer ?

Sur le littoral atlantique, les plus fortes rafales se calmaient déjà en matinée, et les plus fortes valeurs ont déjà été relevées. La tempête va s'atténuer dans les heures qui viennent et l'après-midi sera plus clément. Les vents se décalent désormais vers le Massif central et les Pyrénées-Orientales pour la mi-journée, avec des rafales prévisibles de 100 à 110 km/h en plaine et jusqu'à 130 km/h en altitude.

Va-t-elle se décaler sur le Sud-Est, déjà victime d'inondations ?

Elle va surtout être sensible en Corse. On attend de fortes rafales de vent dans la nuit sur le Cap Corse, et jusqu'en matinée lundi. Des vents de 110 km/h sont attendus à Bastia, et peut-être jusqu'à 150 km/h au Cap Corse.

Dans le Sud-Est, déjà touché par les inondations, les fortes pluies vont perdurer, les Alpes-Maritimes sont d'ailleurs placées en vigilance orange. Les pluies précédentes qui ont provoqué des inondations étaient dues à un air chaud et humide situé dans les basses couches. Un air plus froid arrive maintenant par le nord-ouest. D'où un conflit de masses d'air qui va provoquer de nouvelles pluies sur des endroits déjà touchés.

Et sur le reste du pays ?

Le temps reste perturbé avec un arrière-front pluvieux comprenant des pluies et des orages. Des orages forts sont à prévoir lundi après-midi dans le nord du pays.