Vidéo Un an après, une très forte solidarité dans la vallée de la Roya

Publié
Durée de la vidéo : 5 min.
Une centaine de bénévoles mobilisés pour un seul sinistré, ça se passe à Tende un an après la tempête Alex. Pendant ce temps-là dans la vallée de la Roya, la solidarité, c'est ça...
BRUT
Article rédigé par

Une centaine de bénévoles mobilisés pour un seul sinistré, ça se passe à Tende un an après la tempête Alex. Pendant ce temps-là dans la vallée de la Roya, la solidarité, c'est ça...

Un an après le passage de la tempête Alex, Hervé sinistré à Tende, est toujours coupé de la route, ce qui l'oblige notamment à aller à pied à son travail. Aujourd'hui, ils sont 100 bénévoles à l'aider à construire un nouvel accès à la ville. "Un an après, on est là. Il y a les sinistrés qui ont encore besoin de nous", explique Gil, fondateur des Week-ends solidaires, un réseau de bénévoles qui a été créé juste après les inondations qui ont ravagé les vallées de la Roya et de la Vésubie. En un an, ces bénévoles ont lancé plus de 90 chantiers dans la région. "On était à l'école de Tende dans les années 1970 donc ça faisait 45 ans qu'on ne s'était plus vus. Quand j'ai su que c'était chez Hervé, effectivement, j'ai dit : "Ok, banco, faut que le revois, forcément"", raconte Claude, un des bénévoles. 

"Heureusement qu'il y a les bénévoles"

Marie, une sinistrée de la vallée de la Rosa déplore que les seules aides viennent de bénévoles. "Heureusement qu'il y a les bénévoles parce que nous on est partis de très, très bas aussi au lendemain de la tempête, on avait plus rien, plus d'accès, plus de pont, plus d'eau, rien, on avait plus rien", explique-t-elle. Après la tempête qui a fait dix-huit victimes et détruit de nombreuses routes et maisons, plusieurs associations se sont montées pour aider les sinistrés. Aujourd'hui, les Week-Ends Solidaires comptent un réseau de 1500 bénévoles qui viennent de différentes régions. Chaque week-end depuis octobre 2020, ils viennent aider les habitants des vallées de l'arrière-pays niçois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.