Tempête Alex : un manque de prévention face aux risques d'intempéries ?

La tempête Alex a violemment frappé vendredi 2 octobre plusieurs communes de la vallée de la Roya, dans les Alpes-Maritimes. Était-il possible de limiter voire d'éviter ce drame ? La question de l'évacuation définitive se pose.

France 2

Des habitants coincés entre la rivière et la montagne, pris au piège par le fleuve brutalement sorti de son lit : ce scénario catastrophe s'est produit, vendredi 2 octobre, dans la vallée de la Roya. Des torrents de boue ont déferlé dans les maisons du village de Breil-sur-Roya (Alpes-Maritimes). Le bilan est dramatique : cinq disparus et des dégâts incommensurables. Mais était-il possible de protéger la population et de limiter les dégâts matériels ? Selon le maire, dès l'alerte rouge, les zones à risques ont été évacuées de manière préventive. 

Évacuer définitivement ?

La violence hors normes des intempéries était, selon la mairie, impossible à prévoir. L'eau a même fini par engloutir la rive la plus élevée du village. La question se pose alors : faut-il évacuer définitivement la zone pour éviter un nouveau drame ? Depuis 2015, la fragilité des sols est connue et une partie de la ville est en zone non-constructible. Mais il est difficile d'imaginer éloigner les habitants de la rivière. En raison du réchauffement climatique, l'évacuation totale de la région pourrait être, finalement, la solution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vue aérienne de Saint-Martin-Vésubie, le 3 octobre 2020, après le passage de la tempête Alex.
Vue aérienne de Saint-Martin-Vésubie, le 3 octobre 2020, après le passage de la tempête Alex. (VALERY HACHE / AFP)