Tempête Alex : le nettoyage va prendre "encore deux ou trois semaines" à Saint-Laurent-du-Var, selon son maire

Le littoral de cette commune des Alpes-Maritimes est recouvert d'objets et d'arbres arrachés par la tempête Alex. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Après la tempête Alex à Saint-Laurent-du-Var le 4 octobre 2020.  (VALERY HACHE / AFP)

Les opérations de nettoyage après les intempéries vont prendre "encore deux ou trois semaines", indique samedi 10 octobre sur franceinfo le maire de Saint-Laurent-du-Var, Joseph Segura, qui se félicite tout de même de l'afflux de bénévoles venus aider.

"Depuis 4 jours, nous avons des bénévoles, hier [vendredi 9 octobre] c'était 400, aujourd'hui [samedi 10 octobre] c'est près de 800", se réjouit l'élu, qui note qu'ils viennent de villes proches, comme "Cannes, Villeneuve, Menton, et [qu'il y a]même des personnes de la vallée qui viennent en solidarité, des personnes hors du département".

"Des tonnes de bois [...] à perte de vue"

Concernant ceux qui n'habitent pas sur place, Joseph Segura indique qu'"on les loge dans des hôtels" et que ceux-ci "font un geste aussi avec des tarifs au plus bas". Le maire de Saint-Laurent-du-Var raconte également la solidarité de certains restaurateurs, à l'image de "ce restaurant qui ce midi a amené plus de 200 repas" pour les bénévoles mais aussi d'une "boulangerie qui ce matin a amené les pains au chocolat".

Joseph Segura explique que les pompiers sont toujours "très présents" et "recherchent des corps le long de nos digues". Une semaine après les intempéries, le maire de Saint-Laurent-du-Var décrit "les objets personnels des habitants de la vallée, les tableaux, les chaussures, les médailles" retrouvés sur les plages de sa commune, et indique que les objets seront "mis à disposition". Enfin, l'élu ne peut pour l'instant pas évaluer les dégats, "c'est des tonnes et des tonnes de bois, c'est incroyable, c'est à perte de vue, ces troncs sur notre littoral", souffle Joseph Segura.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.