Tempête Alex : "C'est une scène de guerre à laquelle nous assistons, on a l'impression que le territoire a été bombardé", décrit la préfecture des Alpes-Maritimes

Les fortes précipitations de la tempête Alex vendredi ont entraîné de lourd dégâts dans le département, notamment dans les vallées de la Tinée, de la Roya et de la Vésubie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
À Saint-Martin-Vesubie après les fortes pluies et les inondations qui ont frappé le département des Alpes-Maritimes, le 3 octobre 2020. (VALERY HACHE / AFP)

Rémi Recio, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, a affirmé dimanche 4 octobre sur franceinfo que c'était "une bombe météorologique qui est tombée sur le département" lors du passage de la tempête Alex. La région a connu une montée des eaux exceptionnelle à cause des fortes précipitations entraînant de lourd dégâts notamment dans les vallées de la Tinée, de la Roya et de la Vésubie. 

>> Suivez notre direct sur les conséquences de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes

Selon le dernier bilan des autorités, huit personnes sont toujours portées disparues dans les vallées de la Roya et de la Vésubie après avoir été vues emportées par les flots. "Vue d'hélicoptère, c'est une scène de guerre à laquelle nous assistons. C'est une scène de guerre à laquelle nous assistons, on a l'impression que le territoire a été bombardé, a-t-il expliqué. Les routes sont détruites."

Le secours à la personne reste "la priorité absolue"

Rémi Recio a expliqué pourquoi le bilan humain reste à huit personnes officiellement disparues malgré les craintes d'un bilan plus lourd : "Il y a des maisons qui ont été emportées et nous ne savons pas au moment où on se parle si ces maisons étaient habitées ou si c'étaient des résidences secondaires." Les "huit personnes portées disparues de manière certaine", proviennent "de témoignages visuels directs qui ont vu ces personnes disparaître dans les flots", a-t-il expliqué lais il n'est pas très optimisme.

Nous savons que nous avons peu de chances de retrouver les disparus, même si l'espoir doit perdurer.

Rémi Recio, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes

à franceinfo

Le secours à la personne reste "la priorité absolue". Il faut faire vite, car la météo ne sera pas favorable dimanche pour les hélicoptères. Selon lui, il faut "sortir du black-out les deux vallées de la Roya et de la Vésubie". Pour la vallée de la Tinée, "nous avons bon espoir dans la journée de pouvoir rétablir une circulation complète, pas par les routes car elles ont disparu, mais par des pistes secondaires qu'on est en train de relier les unes aux autres pour faire un acheminement vers la Tinée, a-t-il expliqué. C'est en passe d'être réalisé pour la Vésubie."

Douze communes sont particulièrement sinistrées, dont Saint-Martin-Vésubie et Roquebillière. La préfecture tente d'équiper chaque village isolé de téléphones satellitaires ou, à défaut, de moyens radio de la gendarmerie ou des pompiers : "Le préfet, aujourd'hui, équipe chacune de ces douze communes isolées d'un pompier, d'un gendarme, d'un cadre de la préfecture pour qu'autour du maire, il puisse y avoir une équipe de travail directe."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.