"Les routes n'existent plus" : l'arrière-pays niçois découvre les ravages causés par la tempête Alex

Dans le Alpes-Maritimes, l'arrière-pays niçois a subi de très lourd dégats après avoir été frappé par la tempête Alex vendredi. Reportage dans la vallée de la Tinée où il faudra peut être plusieurs années pour reconstruire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un pont endommagé sur la Vesubie à Roquebillière, dans le département des Alpes-Maritimes, le 3 octobre 2020. (NICOLAS TUCAT / AFP)

Après le passage de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes, les dégâts sont sans précédent. Dans les vallées du département, par endroits très encaissées, les précipitations ont fait monter les rivières de montagne de plusieurs mètres de haut, les flots ont tout emporté sur leur passage. Les vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée ont particulièrement souffert. Dans cette dernière, l'accès ne se fait que jusqu'au hameau de la Courbaisse.

>> "Tout est parti à l'eau d'un coup" : le récit de 24 heures d'intempéries cauchemardesques dans les Alpes-Maritimes

Cette vallée, c'est celle qu'on prend depuis Nice pour monter aux grosses stations de ski du département. Des routes récentes, bien entretenues, ont été totalement ravagées par les flots, selon Marc, qui travaille pour une filiale d'EDF : "Je descends du village de Roussillon. Les deux vallons ont débordé, les routes n'existent plus. Le pont de la nouvelle route n'existe plus, il a été embarqué." 

Il n'y a plus de route, donc il y a tout à refaire.

Marc

"C'est pire qu’en 1993", estime-t-il quand le département avait connu à l'automne une succession d’épisodes pluvieux intenses. "C'est pire parce qu’on n'avait pas eu autant de dégâts, poursuit Marc. J'ai vu des choses que peut-être mes arrière- grands-parents ont dû voir. Et encore, je ne suis pas sûr. "

Des dégâts considérables

Rien que pour accéder au village en amont, il faudra des jours, voire des semaines. La remise en état totale du réseau sera elle encore plus longue. "Il y a des grandes chances que certaines choses soient réparées dans un an, ce n'est pas aberrant de dire ça, explique Richard Bressy, un agent des routes de la métropole. C'est encore plus vrai pour la Vésubie, où la route est emportée au nord de Plan-du-Var. Au-delà, je ne sais pas." 

En milieu de journée, des naufragés coincés dans un hameau ont pu redescendre en convoi. Alexandra cherche à rentrer chez elle, dans la Vésubie, justement. "J'ai une cousine qui m'a appelée et m'a rassurée : tout le monde va bien, indique-t-elle. Si pour certains, ils ont eu chaud par rapport à leur maison, ça reste du matériel, on s'en fout. Physiquement, en tout cas dans notre famille, tout le monde va bien. Donc, c'est déjà une bonne chose." 

Alexandra travaille dans le monde de l’assurance. Elle voit pour la première fois les images impressionnantes de la catastrophe : "Quel malheur ! Et la station-service ? Elle n'y est plus alors ?" En effet, la station-service de Saint-Martin-Vésubie a été emportée par les flots. "Je découvre. Bon, ça promet, lance-t-elle. J'ai plus qu'à essayer de rentrer chez moi." 

L'arrière-pays niçois découvre les ravages causés par la tempête Alex - Reportage d'Emmanuel Grabey
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.