"J'ai très mal parce que je risque de tout perdre" : à Claira, dans les Pyrénées-Orientales, des habitants ont dû évacuer à cause de la tempête Gloria

À Claira, près de Perpignan, une partie des habitants s’apprêtaient mercredi soir à passer la nuit dans un gymnase.

La crue du fleuve de l\'Agly, à cause de l\'épisode méditerranéen Gloria qui est en cours dans le département des Pyrénées-Orientales, à Rivesaltes, le 22 janvier 2020 (photo d\'illustration).
La crue du fleuve de l'Agly, à cause de l'épisode méditerranéen Gloria qui est en cours dans le département des Pyrénées-Orientales, à Rivesaltes, le 22 janvier 2020 (photo d'illustration). (MAXPPP)

Toute la journée, Marie-Ange a scruté le fond de son jardin. Au bout du mas, près du cimetière de Claira dans les Pyrénées-Orientales, l'eau du fleuve de l'Agly est montée brutalement de deux mètres en deux heures à la mi-journée. Marie-Ange n'a qu'un rez-de-chaussée. Elle a dû se résoudre à évacuer. "J'ai très mal parce que je risque de tout perdre, s’inquiète Marie-Ange. Tout ce qu'il y a de sentimental comme les photos. Les meubles, je m'en fous complètement. J'ai peur parce que j'ai deux chats chez moi et je ne veux pas qu'il leur arrive quelque chose".

L'Agly, qui coule en grande partie dans le département de Pyrénées-Orientales, a été placé mercredi 22 janvier en vigilance rouge crue dans le cadre de la tempête Gloria. Une évacuation préventive a été déclenchée mercredi dans les communes de Claira, Torreilles, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Le Barcarès, Pia et Rivesaltes. Une évacuation qui concernait quelque 1 500 habitants.

Une évacuation dans le "calme"

Frédérique, elle, a quitté brutalement son travail pour rejoindre son fils Nathanaël, qui est au centre aéré. "Faut être un peu fataliste, entre guillemets, explique la mère de famille. Puis, il faut se dire que ça peut arriver. Et tant pis, ce n’est pas grave. On est bien là, on est tous les deux. Et son papa, il va nous rejoindre plus tard".

Dans le village de Claira, tout est prêt au cas où il faille passer la nuit. Les lits de camp sont dépliés. "On a installé des tables, de quoi boire pour se rafraîchir, de quoi réconforter les personnes, indique Hélène Malé, la maire du village. Mais ça se déroule dans le calme, dans la sérénité et sans affolement. Surtout, pas d'affolement".

Mercredi en fin de journée, les préfectures de l'Aude et des Pyrénées-Orientales ont réitéré leurs conseils de prudence notamment d'éviter tout déplacement, de respecter les déviations mises en place, et de ne pas s'engager, à pied ou en voiture, sur une voie immergée.

À Claira, dans les Pyrénées-Orientales, des habitants ont dû évacuer à cause de la tempête Gloria - Le reportage de Mathilde Dehimi
--'--
--'--