Carte Suivez en direct la trajectoire de la tempête Alex qui souffle sur l'ouest de la France

Des rafales pouvant ponctuellement dépasser les 150 km/h sont attendues dans le Morbihan.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Le Morbihan est classé en vigilance rouge "vents violents", jeudi 1er octobre, à l'approche de la tempête Alex qui doit toucher les côtes bretonnes dans la nuit de jeudi à vendredi. Quatre autres départements de l'Ouest (Finistère, Côtes-d'Armor, Ille-et-Vilaine et Loire-Atlantique) sont toujours en orange en raison des risques de crue, de vents violents ou de pluie. Grâce au site Windy.com, franceinfo vous propose de suivre la trajectoire de cette tempête en direct.

>> Retrouvez les dernières informations sur la tempête Alex dans notre direct

Patrice Faure, le préfet du Morbihan, appelle à la plus grande vigilance sur franceinfo. Le département pourrait être balayé par des rafales entre 130 et 150km/h, mais aussi en vigilance orange pour pluie et inondation. "Nous aurons une montée en puissance des vents à partir de 23h30 ou minuit, jusqu'à 3 heures du matin", précise le préfet, "avant une stabilisation autour de 90km/h dans la matinée de ce vendredi".

"Eviter d'aller voir le spectacle des vagues sur la côte"

"L'ensemble des structures qui accueillent des enfants ferment, à compter de ce soir, jusqu'à samedi matin dans les îles", annonce le préfet, qui n'exclut pas de prendre un arrêté pour fermer "toutes les écoles demain, de façon préventive", en fonction de l'évolution de la situation et des points réguliers qu'il fait avec les services de Météo France.

"La population doit absolument éviter d'aller voir le spectacle des vagues sur la côte", rappelle Patrice Faure, qui ajoute qu'il y a "des zones inondables dans le département". "Les populations doivent prendre le soin de retirer leurs voitures. Si elles sont inondées il ne faut pas aller le chercher : une voiture ça se change, une vie ça se perd", interpelle-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.