Un tablier d'Anne-Sophie Pic, un maillot de l'OM dédicacé... Une vente aux enchères organisée pour les sinistrés du séisme au Teil, en Ardèche

Les sommes récoltés doivent permettre à la commune à faire face à des dépenses exceptionnelles pour nourrir, loger et aider les sinistrés.

Une maison détruite par un séisme au Teil, en Ardèche, le 11 novembre 2019.
Une maison détruite par un séisme au Teil, en Ardèche, le 11 novembre 2019. (JEFF PACHOUD / AFP)

Un tablier d'Anne-Sophie Pic, un coffret de Kaamelott dédicacé par Alexandre Astier, un maillot de l'OM signé par les joueurs... Le Dauphiné libéré a lancé, dimanche 12 janvier, une vente aux enchères d'objets de personnalités liées à la Drôme et l'Ardèche au bénéfice des habitants du Teil, commune récemment ravagée par un séisme. Les enchères qui vont durer 10 jours, jusqu'au 22 janvier.

L'idée a germé à la rédaction de l'édition Drôme-Ardèche, qui a couvert dès les premières heures le séisme d'une magnitude de 5,4 qui a ébranlé la région et particulièrement la petite ville du Teil, le 11 novembre dernier. "On a été touché avec mes collègues par tous ces gens à la rue. Il y a eu un élan de solidarité dont on s'est aussi fait l'écho et on a voulu être acteur. On a donc fait marcher notre carnet d'adresses", a raconté à l'AFP le journaliste Thomas Zimmermann.

Le quotidien régional a également réussi à réunir quelques pièces de collection, comme le maillot de l'équipe de France porté par Didier Camberabero lors de la finale de la première édition de la Coupe du monde de rugby en 1987, ou la jupe de kayak portée par Benoît Peschier lors des JO d'Athènes en 2004, où il avait emporté l'or.

Les dégâts sont chiffrés en millions d'euros

L'opération a été montée en lien avec le maire du Teil, Olivier Pévérelli, pour qui un événement comme cette vente "permet de panser les blessures et de tirer les habitants vers le haut". Sa commune a déjà "reçu entre 500 000 et 600 000 euros de dons, via la cagnotte en ligne, les dons de communes, d'associations et le mécénat d'entreprise", a-t-il déclaré au Dauphiné.

Des sommes qui aident la commune à faire face à des dépenses exceptionnelles pour nourrir, loger et aider les sinistrés. Les dégâts sont chiffrés en millions d'euros (bâtiments publics, rénovation du centre, etc.) et actuellement "il y a encore 1 500 personnes dans des logements précaires et les propriétaires modestes sont en grande difficulté", a-t-il indiqué.