Pacifique-Sud : alerte au tsunami après un séisme au large des îles Kermadec

Le Centre d'alerte au tsunami du Pacifique a mis en garde contre des vagues potentiellement dangereuses en Nouvelle-Zélande, à Tonga, aux Samoa, aux îles Cook, aux Fidji, au Vanuatu ainsi qu'à Wallis et Futuna, notamment.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nouméa (Nouvelle-Calédonie) vue du ciel, le 13 octobre 2018. (MAXPPP)

Une alerte au tsunami a été émise jeudi 4 mars (vendredi sur place) après un séisme de magnitude 8,1 à proximité des Kermadec, des îles inhabitées du Pacifique qui font partie de la Nouvelle-Zélande, ont annoncé les autorités. Le tremblement de terre n'a semble-t-il pas fait de victimes mais des des évacuations des zones côtières ont été ordonnées en Nouvelle-Zelande, en Nouvelle-Calédonie et au Vanuatu après que des vagues de tsunami ont été observées. 

Un séisme a été repéré au large de la Nouvelle-Zélande, le 5 mars 2021. (USGS)

"Les gens [se trouvant] près de la côte dans les zones suivantes doivent immédiatement se rendre dans les hauteurs les plus proches, hors de toutes les zones d'évacuation, ou aussi loin que possible à l'intérieur des terres", a ordonné l'Agence néo-zélandaise de gestion des situations d'urgence. "Ne restez pas chez vous !", a-t-elle averti. 

Un risque avéré de tsunami en Nouvelle-Calédonie

"Nous invitons nos compatriotes de Polynésie, de Nouvelle-Calédonie et de Wallis-et-Futuna à se tenir informés et à appliquer les consignes de sécurité", a alerté à son tour le ministre français des Outre-mer Sébastien Lecornu. La sécurité civile a notamment alerté sur un risque avéré de tsunami en Nouvelle-Calédonie.

"Une vague de un à trois mètres va impacter l'ensemble de la Nouvelle-Calédonie. Il faut que les gens quittent les plages et arrêtent toute activité nautique, il ne faut pas récupérer les enfants à l'école pour ne pas créer d'encombrement", a déclaré Alexandre Rossignol, porte-parole de la sécurité civile, faisant état d'une "réelle menace" car la vague, attendue vers 10 heures locales (minuit à Paris), pourrait "pénétrer dans les terres".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.