Croatie : un séisme de magnitude 6,4 fait sept morts

Six hommes et une fillette de 13 ans ont été tués dans la région de Petrinja.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des travaux de déblaiement et des opérations de sauvetage après le séisme dans la région de Sisak, en Croatie, le 29 décembre 2020. (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Sept personnes sont mortes, mardi 29 décembre, dans un puissant séisme qui a secoué le centre de la Croatie, semant la panique, rasant des maisons et plongeant une ville dans le noir. La localité de Petrinja et ses alentours ont été durement touchés par la secousse de magnitude 6,4, également ressentie dans les pays voisins et même au-delà.

Une fillette a trouvé la mort à Petrinja, selon le Premier ministre Andrej Plenkovic. D'après les médias locaux, elle était âgée de 13 ans. Cinq hommes ont trouvé la mort à Majske Poljane, près de Glina, selon l'adjointe au maire du village. Une septième victime a été retrouvée sous les gravats d'une église à Zazina. Selon le prêtre local cité par l'agence Hina, il s'agissait de l'organiste venu réparer l'orgue endommagé dans un précédent séisme.

"La ville n'est plus qu'un champ de ruines"

Certains des 20 000 habitants de Petrinja s'apprêtaient à passer la nuit dehors par peur d'éventuelles répliques. Selon l'Institut de géophysique américain (en anglais), l'épicentre se situait à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Zagreb, la capitale croate, dans la région de Sisak, secouée la veille par un tremblement de terre moins puissant.

L'électricité a été coupée à Petrinja et, à la nuit tombée, le centre-ville était encore plongé dans le noir. Sur la place principale, plusieurs bâtiments ont été complètement détruits. La police et l'armée s'affairaient à déblayer les débris à l'aide de pelleteuses. "Ce n'est pas sûr ici, c'est clair comme le jour", a déclaré sur les lieux le Premier ministre Andrej Plenkovic, expliquant que les autorités allaient installer des conteneurs pour abriter les personnes dont les maisons étaient à risque.

Le maire de Petrinja a déclaré que les dégâts étaient toujours en cours d'évaluation. Une maternelle, par chance vide au moment du drame, figure parmi les bâtiments effondrés. "La ville n'est plus qu'un champ de ruines. C'est la panique générale", a commenté le maire.

"L'Europe est prête à aider"

Une vingtaine de personnes ont été hospitalisées, dont deux dans un état critique, rapporte la chaîne régionale N1. L'hôpital de la ville était également privé d'électricité. Le séisme a aussi secoué la capitale Zagreb, où des habitants se sont précipités dans les rues et des tuiles de toits d'habitations se sont écrasées sur la chaussée, a constaté l'AFP.

Le séisme a été ressenti jusqu'en Slovénie, en Serbie et en Bosnie mais aussi en Autriche et en Hongrie. La centrale nucléaire slovène de Krsko a été mise à l'arrêt "par précaution". Le centre de la Croatie a été frappé par de nouveaux tremblements de terre, mercredi matin. Selon l'Institut de géophysique américain, deux séismes de magnitude 4,8 et 4,7 ont frappé la région de Sisak, au sud-est de Zagreb. Aucun nouveau dégât n'a été signalé dans l'immédiat.

"Nous sommes prêts à aider", a réagi sur Twitter la patronne de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. "Nos pensées vont aux blessés et aux secouristes", a également commenté Charles Michel, le président du Conseil européen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.