CARTES. Inondations, sécheresse... Dans quelles villes françaises faut-il habiter pour être à l'abri des catastrophes naturelles ?

En moyenne, 4 720 communes par an font l’objet d’au moins un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle. Un record a été atteint en 1999 avec 29 506 communes reconnues en état de catastrophe naturelle.

L'état de catastrophe naturelle a été reconnu pour 275 communes touchées par les intempéries et les inondations qui ont débuté fin janvier. Ce dispositif, instauré dans le droit français par la loi du 13 juillet 1982, permet aux victimes ayant souscrit un contrat d'assurance de dommages d'être indemnisées pour les dégâts matériels dus aux catastrophes naturelles (inondations, sécheresse, séisme, avalanche, etc.). Les catastrophes naturelles ont représenté un coût de 25 milliards d’euros sur la période 1989-2014.

Depuis la mise en place de ce dispositif, il y a eu 217 498 reconnaissances, selon la Caisse centrale de réassurance (CCR). Plus de 60% d'entre elles sont liées à des inondations en tout genre : coulée de boue, remontée de nappe, submersion marine.

Nous avons représenté les données compilées par la CCR dans trois cartes, pour mieux visualiser la répartition sur le territoire national des catastrophes naturelles depuis trente-six ans. Ces données englobent toutes les catastrophes enregistrées en France entre 1982 (pour la métropole, 1990 pour les communes d'outre-mer) et le 31 janvier 2018.

Seules 3,5% des communes n'ont jamais été touchées par une catastrophe

Nombre de reconnaissances de catastrophes naturelles depuis 1982, tous périls confondus
  • 0
  • 1 - 5
  • 6 - 10
  • 11 - 15
  • 16 - 25
  • > 25

Source : CCR (Caisse Centrale de Réassurance)

Lorsque l'on observe les reconnaissances tous périls confondus, seules 1 297 communes sur 37 627 n'ont jamais été concernées (soit 3,5%). En moyenne, une commune française a été touchée 5,8 fois par une catastrophe qui s'est soldée par une reconnaissance. Sur la période observée, les villes les plus touchées sont Nice (Alpes-Maritimes), Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), Antibes (Alpes-Maritimes), Bordeaux (Gironde) et Cannes (Alpes-Maritimes). Dans ces communes du littoral, on enregistre entre 40 et 50 reconnaissances entre 1982 et 2018. Ces reconnaissances sont majoritairement liées à des inondations.

Les inondations touchent environ 3 500 communes tous les ans

Nombre de reconnaissances de catastrophes naturelles depuis 1982, au titre des inondations
  • 0
  • 1 - 2
  • 3 - 5
  • 6 - 9
  • 10 - 20
  • > 20

Source : CCR (Caisse Centrale de Réassurance)

Au total, 136 162 reconnaissances de catastrophes naturelles ont été enregistrées par la CCR depuis 1982. La quasi totalité d'entre elles sont liées à des coulées de boue provoquées par des intempéries et seules 6 660 sont liées à des submersions marines. Elles concernent fréquemment le département des Alpes-Maritimes ainsi que les villes traversées par d'importants cours d'eau, comme le Rhône. Selon la Caisse centrale de réassurance, le coût des inondations s'élève à 533 millions d’euros chaque année.

Environ 1 500 communes font face à la sécheresse tous les ans

Nombre de reconnaissances de catastrophes naturelles depuis 1982, au titre de la sécheresse
  • 0
  • 1
  • 2 - 4
  • 5 - 6
  • 7 - 10
  • > 10

Source : CCR (Caisse Centrale de Réassurance)

Sur la période observée, 8 633 communes ont subi des périodes de sécheresse s'étant soldées par des reconnaissances de catastrophe naturelle. Ces communes sont essentiellement situées dans le Sud-Ouest, notamment dans le département du Tarn-et-Garonne, comme Montauban ou Moissac. L'Ile-de-France est également concernée par ce phénomène.