Sécheresse : les entreprises sous surveillance

Mardi 1er octobre, 80 départements restent en restriction d'eau. Une légère amélioration, puisqu'ils étaient 86 auparavant. Les entreprises aussi doivent s'organiser. Reportage dans une papeterie historique du Bas-Rhin.

FRANCE 2

La papeterie Cenpa dans le Bas-Rhin puise et rejette chaque jour en moyenne 25 000 m3 d'eau. Mais avec la restriction d'eau, tout est plus compliqué. Depuis quelques semaines, la rivière dans laquelle l'entreprise puise son eau est affectée par la sécheresse. Elle est mise sous haute surveillance. Ce jour-là, la société est contrôlée par des inspecteurs de la direction régionale de l'environnement. "La qualité de nos rejets doit être très bonne, puisque l'impact de ce qu'on rejette est plus important sur la rivière aujourd'hui qu'en période de haut débit", explique Jean-Louis Breton, directeur qualité et environnement de la papeterie Cenpa.

Des contrôles plus stricts

Situées en zone d'alerte sécheresse renforcée, plusieurs entreprises du Bas-Rhin sont soumises à un contrôle plus strict, comme une température de l'eau qui ne doit pas dépasser les 30°C. Ainsi, dans la papeterie, tout ce qui n'est pas directement lié à la fabrication du papier est supprimé, comme le nettoyage des cuves.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des robinets d\'eau potables coulent dans le camp de réfugiés de Al-Nimir, au Soudan du sud, le 20 juin 2017. 
Des robinets d'eau potables coulent dans le camp de réfugiés de Al-Nimir, au Soudan du sud, le 20 juin 2017.  (ASHRAF SHAZLY / AFP)