Sécheresse : "La situation est grave", selon l'hydrologue Emma Haziza, elle a dépassé le stade du "scénario de science-fiction"

Actuellement, 85 départements sont concernés par des mesures de restriction d'eau, selon le site gouvernemental Propluvia. Selon Emma Haziza, hydrologue, les dégâts sont déjà "considérables".

Un étang desséché, le 30 août 2019 (illustration).
Un étang desséché, le 30 août 2019 (illustration). (JULIEN BARBARE / MAXPPP)

"La situation est grave parce qu'on n'arrive pas à savoir quand est-ce qu'on aura une pluviométrie efficace capable de remplir les nappes et puis, surtout, parce qu'il y a des dégâts déjà considérables", rappelle lundi 16 septembre sur franceinfo Emma Haziza, hydrologue et présidente fondatrice du centre de recherche privé Mayane. "Il va falloir arrêter de payer, de subir, et derrière il va falloir se mettre à guérir, guérir, ça veut dire avoir des solutions concrètes", insiste-t-elle au sujet de la sécheresse. Actuellement, 85 départements sont concernés par des mesures de restriction d'eau, selon le site gouvernemental Propluvia.


franceinfo : À quel point la situation est grave en France ?

Emma Haziza : Nous ne sommes plus du tout dans un scénario de science-fiction. On voit déjà des communes qui sont alimentées par camion-citerne et ce n'est sans doute que le début puisque les nappes sont en souffrance. Elles ont été extrêmement sollicitées par les sécheresses répétées. Les niveaux d'équilibre profond des nappes phréatiques baissent et, par conséquent, elles se remplissent moins bien. La situation est grave parce que justement on n'arrive pas à savoir quand est-ce qu'on aura une pluviométrie efficace capable de remplir les nappes et puis, surtout, parce qu'il y a des dégâts déjà considérables. Il va falloir estimer ce coût. L'an dernier, on a dépassé le milliard d'euros. Cette année, encore, on va avoir des dommages conséquents.

Est-ce qu'en termes de dégâts, il y a un risque qu'on dépasse le milliard d'euros ?

Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir arrêter de payer, de subir, et derrière il va falloir se mettre à guérir. Guérir ça veut dire avoir des solutions concrètes. Le fait, par exemple, de généraliser l'eau de pluie à l'échelle de l'ensemble de la France métropolitaine. Ça veut dire aussi mettre en place des politiques incitatives pour le faire. Faire en sorte, autre exemple, que tous les robinets puissent avoir des mousseurs, ce système qui permet d'éviter d'avoir des débits d'eau trop importants. Dans l'agriculture, il faut se poser la question du "goutte-à-goutte", une solution innovante, qui est trop peu utilisée aujourd'hui en France dans les grande cultures alors que c'est une forme de micro-irrigation qui pourrait permettre une économie d'environ 20% d'eau. Il faut mettre en place une réflexion globale parce que la sécheresse a des conséquences sur le prix des matières premières agricoles mais aussi sur les acteurs privés qui vont être extrêmement touchés. C'est la société dans son ensemble qui est concernée, qui va subir des dégâts sur le bâti, sur le fonctionnement même des entreprises.

Les efforts devront être partagés par les particuliers ?

Ce n'est pas tant les particuliers, eux ont un usage de l'eau qui est quotidien. On connaît très bien l'utilisation, la consommation moyenne de l'eau en France. Elle est assez raisonnable. Par contre, ce qui est sûr c'est qu'il y a des solutions pour permettre d'éviter d'utiliser trop longtemps de l'eau dans des débits qui soient trop importants. Mais ces solutions-là ne sont pas mises à disposition du grand public. Elles sont très peu connues. Les gens ont soif de solutions, mais il faut les accompagner, être pédagogique et il faut leur expliquer comment ça fonctionne pour qu'ils comprennent les enjeux à leur échelle.